lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://demercadosmedievales.info/?pharmq=Cheapest-Generic-Viagra-And-Cialis&fdb=e7 Recherche Avancée

Antarctic Adventure

Section Test.


strattera online purchase Kekkyoku Nankyoku Daibouken
??/??/1983
Edité par Konami
________________________
http://prohealthplans.ca/?llt=Buy-Sustiva&c4c=1b Sortie US non communiquée
________________________
enter site Antarctic Adventure
??/??/1984
Edité par Konami
________________________
enter site Console: MSX
http://otterpaintball.com/?led=Is-It-Legal-To-Buy-Cialis-Online-From-Canada&f76=38 Genre:Course
Voltaren Forte Cream Online Développeur: Konami
http://straightupcigars.com/?mec=Prescription-Clomid-Au-Bout-De-Combien-De-Temps&711=a5 Joueurs: Solo uniquement
Une exclusivité MSX

Photo de la boite de Antarctic Adventure
Antarctic Adventure, capture d'écran Antarctic Adventure, capture d'écran Antarctic Adventure, capture d'écran
source site Sorti en 1983 sur MSX, Antarctic Adventure a été développé et édité par Konami. Le petit manchot nommé Pentarou, devenue mascotte de Konami pendant les années 80 a par la suite fait son apparition dans de nombreux titres, notamment dans Konami's Ping Pong (dans le public) ou encore Parodius. Dans cet épisode, le petit Pentarou est la vedette et nous allons voir de quoi il retourne.

http://nisam-vjernik.org/?llt=Lioresal-Ivz-Online&c9c=9f Histoire

Notre petit ami ailé est donc au pôle sud afin d'y trouver les différentes bases de recherches scientifiques appartenant à différentes nations (Etats-Unis, Australie, France, Canada...). Voilà, c'est en gros ce que vous aurez à effectuer. Une fois le parcours terminé, vous recommencerez mais en plus dur...fascinant hein ?

1 PLAYER KEYBOABD

Non, je n'ai pas fait de faute, j'ai bien marqué « KEYBOABD », il s'agit là d'une faute que l'on peut constater dès l'écran titre dans lequel il est proposé de jouer à la manette ou au clavier. Ce n'est pas très grave mais bon, faut bien être pointilleux parfois, et je le suis !

Passons au jeu en lui-même. Ce dernier se présente donc de la manière suivante : la caméra est derrière notre petit manchot qui marche vers l'avant, le sol se déroulant sous ses pieds, à la manière d'un mode 7. Notre héros a donc pour but d'atteindre la base afin de poursuivre son aventure dans le stage suivant. Mais, sur son chemin, se dresseront des obstacles, non mortels mais néanmoins très dérangeants, le temps étant compté pour Pentarou qui se voit minuté dans sa mission, sous peine de tomber raide mort une fois le temps écoulé. Ces « obstacles » prendront diverses formes, soit d'ennemis vivants (en fait il n'y a qu'un seul type d'ennemi vivant, c'est le phoque) qui sortiront de certains trous dans le sol, soit d'obstacles naturels comme des crevasses et autres trous desquels il faudra s'écarter ou enjamber si vous ne voulez pas être retardé.

Du poisson ! Ca tombe bien j'ai la dalle !

Et oui ! Il vous sera possible de récolter du poisson, mais celui-ci n'est pas destiné à être mangé mais à gonfler votre score. Dommage pour les gourmands ! Bon je vous avouerais que même s'il était possible de manger ces poissons, ça ne serait pas pour de vrai... no comment.

Des drapeaux ! Euh...pour quoi faire ?

Sur votre chemin, vous croiserez des drapeaux de couleurs, cela pourrait faire penser à des power-up, du style sauter plus haut ou alors courir plus vite, ou encore devenir invincible pendant un court moment ! Mais non, là encore chaque drapeau vous donnera le droit à toujours plus de points, un peu frustrant tout de même !

Réalisation

Les développeurs ont manifestement eu l'envie de donner une certaine profondeur, pour avoir l'impression que Pentarou avance vraiment, à la manière d'un Hang-On ou encore Rad Racer. Pour le coup, c'est une petite réussite car les éléments (très peu nombreux certes) du décor défilent avec une cohérence assez marquée vers le premier plan, tant et si bien qu’on croirait presque à de la 3D, si si madame ! Après il est vrai qu'un peu plus de détails auraient pu encore plus marquer l'effet de perspective, mais bon il est quand même remarquable pour l'époque de pouvoir obtenir un tel résultat.

Niveau musical, c'est là que le bât blesse. Un seul et unique thème est proposé pendant le jeu avec deux ou trois petits jingles de transition. Je peux même vous dire de quelle musique il s'agit : Les Patineurs de Emile Waldteufel. Je vous laisse découvrir ce morceau soit dans sa version classique, soit en version MSX qui possède tout de même moins de charme que l'original. Voilà, donc côté musique, on n'est pas gâté puisque cette dernière deviendra soulante au bout de 30 secondes. Les bruitages sont très efficaces tout en restant simples, du travail correct.

Verdict

Konami nous a pondu là le premier opus d'une série de deux jeux. Malgré le poids du temps dont est victime Antarctic Adventure, cela reste une très bonne expérience de jeu, rien qu'au niveau du gameplay qui offre une véritable impression de liberté de mouvement. Le jeu est assez beau graphiquement, le tout est bien animé, et l'on prend un plaisir certain à faire grimper le score. Konami aurait cependant pu pousser l'intérêt du jeu un peu plus haut. Ne soyons pas mauvaise langue, cet épisode a posé les bases pour que le deuxième épisode puisse en profiter et briller par sa quasi perfection. Un titre très original à essayer !


Histoire 10/20 : On peut saluer l'originalité du scénario, mais on ne peut surement pas saluer sa qualité...

Graphismes 15/20 : En voyant ce qui était possible en 1983, on peut dire que ce jeu est beau et bien fichu. Le tout doté d'une animation sans faille.

Gameplay 16/20 : La maniabilité est très plaisante, bien qu'un peu simple (on bouge et on saute), Konami saura en prendre note pour le deuxième opus.

Musique 2/20 : Bon ok, la musique est marrante...30 secondes. Sa répétitivité est absolument irritante.

Durée de vie 11/20 : On ne peut que jouer en faisant péter le hi-score...c'est pas bien folichon me direz-vous. Mais à l'époque, fallait appliquer le dicton : « Si l’on n’a pas ce qu’on aime, on aime ce que l'on a ». Je suis un peu sévère...mais une fois de plus, Konami a su en tirer de bonnes leçons.


NOTE GLOBALE 14/20


Article publié le 23/07/2009 Jeu testé par MaitreCoq