lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
http://webbizideas.com/?where=Buying-Cialis-Cheap&b5a=e5 Recherche Avancée

Quel avenir pour les gamers



image d'illustration du dossier: Quel avenir pour les gamers,

http://freewhost.com/?arb=Overnight-Cialis-Canada&1bb=ff Un article de Jonat

follow link go to link Mon article ne sera pas consacré à un énième débat sur les différences entre casual et hardcore, non ici il sera question d'un problème crucial : à quoi jouer de nos jours quand nous sommes des hardcore gamers ? Devons-nous subir la tyrannie des « Cooking mama » et autres « Léa passion cheval » ? Tentons d'éclaircir le problème qui, je pense, se pose de plus en plus.

Souvenez-vous, c'était à l'époque de la grande guerre Sega contre Nintendo, avec d'un côté la Megadrive et de l'autre la Super Nintendo. Chaque console avait ses spécificités, ses propres titres, pas question de portages ou alors très rarement. Le public visé était essentiellement des joueurs invétérés, capables de s'investir dans des softs difficiles mais ô combien gratifiants. En effet, heureux était le joueur qui avait fini Yoshi's Island ou Donkey Kong Country à 100%, peu en étaient capables d'ailleurs. Bien sûr ne nous leurrons pas, le casual existait déjà. Je citerai « Mario Paint » à titre d'exemple, mais le phénomène était minoritaire. Bref, c'était un peu « l'âge d'or » du hardcore gaming !

Quelques années après, une certaine Playstation du constructeur Sony sort en 1995. Outre le passage progressif des jeux à la 3D, la console amorcera un changement capital dans le petit monde des jeux-vidéo : proposer des jeux plus « matures ». Késako des jeux plus matures ? Et bien tout simplement faire des jeux autrement, dans le but de toucher un public plus large. Imaginez-vous, passer du monde coloré de Mario à la sombre ville de Raccoon-City, forcément cela appelle de nouveaux joueurs devant les écrans ! On peut déjà y voir une première ouverture du monde des jeux-vidéo.

De nos jours. Premier constat : l'offre au niveau des consoles et des jeux est grandement bouleversée : trois éditeurs se partagent le marché mais Sega a disparu de la surface du hardware. Désormais, il n'est pas rare de voir proliférer les jeux à licence, et ce de manière outrageuse : sur tous les supports et quasi-systématiquement de mauvaise qualité. Ne parlons même pas de la nature des joueurs qui a également changé. Là où avant nous avions 90% hardcore et 10% casual, la situation est carrément inversée. Cependant, le tableau n'est pas si noir que ça puisque de rares softs arrivent encore à entretenir la flamme d'antan : des shoots, de nouveaux concepts, tactical-RPG voire de l'import. Le problème est que ces excellents jeux connaissent bien souvent un succès d'estime, à l'image d'Okami qui a reçu de bonnes critiques de la presse mais dont les ventes n'ont hélas pas suivi. Ce triste constat est malheureusement observable dans la vraie vie, prenons l'exemple d'une visite à Micromania. Vous entrez, vous cherchez le dernier Muramasa, un excellent titre comme à la grande époque. Où est-il ? Nul part, ou alors en si peu d'exemplaires qu'ils sont tous déjà partis mais rassurez-vous : il reste encore plein de « Léa vétérinaire »  et « mon petit ami et moi » sur DS !

Face à ce triste constat une question se pose alors : quelle terre promise pour nous autres hardcore gamers ? Première option, trouver les quelques rares titres qui valent le coup aujourd'hui, un bon Bioshock par exemple avec son ambiance oppressante. Voire un Beyond Good & Evil, unique de par son ambiance également. Deuxième choix, miser sur les valeurs sûres, celles qui marchaient bien avant. Citons entre autres Street Fighter ou Guilty Gear pour les jeux de combat, un nouveau Mario pour l'aventure. Mais bon, ces solutions sont accessibles à tous, si vous cherchez de nouveaux horizons et de nouvelles expériences tournez vous vers l'import. Des shoots diaboliques vous y attentent, tout comme... des jeux de drague (oui, je sais c'est particulier mais toujours mieux que de se taper « Cooking Mama »). Il existe également une troisième option, que vous connaissez sûrement si vous êtes en train de me lire.

Cette autre échappatoire à la casualisation n'es autre que... le retro-gaming ! Et bien oui, après tout, pourquoi vouloir à tout prix chercher de nouveaux jeux au risque d'être déçu ? A 70 euros la déception, le porte-monnaie en prend vite un sacré coup. Alors oui, assumons notre côté gamer et ressortons Megadrive et autre NES du grenier, soufflons dans la cartouche et en avant les bons jeux ! Non, je ne suis pas payé par Manu pour faire ce paragraphe, c'est juste un constat personnel : je m'amuse bien plus devant Super Mario Bros 3 que devant de la HD. Évidemment, cet avis est à modérer : aujourd'hui je pense qu'il faut mélanger les deux, prendre les bons côtés des « new-gen » à l'instar d'un « Gears of War 2 » tout en n'oubliant pas ses classiques.

follow link http://otterpaintball.com/?led=Buying-Doxycycline-In-Thailand&1c6=40 Vous l'aurez compris, être satisfait au niveau des jeux est aujourd'hui plus difficile qu'il y a 10 ans, mais l'espoir existe toujours. Savoir trier les softs récents tout en ressortant de temps en temps ses vieux jeux semble être une bonne solution pour ne pas être « blasé » par les tendances actuelles de messieurs les développeurs. Et puis ressortir toutes nos vieilleries du placard a un autre avantage non négligeable : faire connaître aux jeunes joueurs de notre entourage leurs ancêtres, transmettre un patrimoine vidéo-ludique en somme.

Buy Buspar Online Uk Article publié le 15/07/2010

Les commentaires pour cet article avant le 23 février 2014



Posté par http://prohealthplans.ca/?llt=Desyrel-Online-Free&3e8=9f Jonat le 21/07/2010

Je confirme pour la Wii, entre les Fire Emblem, Sin&Punishment et autre Muramasa les gamers ont de quoi faire ! Sûrement les jeux qui tournent le plus chez moi, avec les Trauma Center (surtout le 2 en coop' avec ma copine).

************************************************************


Posté par watch SLAINE le 19/07/2010

Pour moi les jeux "mature" ont commencé sur Megadrive qui accentuait sa communication sur ce phénomène. La 3d a commencé également avant la playstation avec la 3DO (pour les plus "démocratisés")ou la jaguar, et surtout la saturn qui est sorti un an avant la playstation...;)
Pour revenir à la playstation son avantage a été la communication monstre qui l'entourait car quand on regardait dans le fond des jeux, ils n'étaient pas plus "mature" que ceux sur saturn par exemple.... (et encore moins que la 3Do qui était clairement une console très adulte). Mais ce n'est qu'un avis perso :D

Concernant le sujet, je pense que les jeux vraiment "gamers" souffrent en ce moment, mais bizarrement le rétro gaming revient en force. Toutes les vieilles licences reviennent et on assiste à un nombre incroyable de jeux remastorisé. La preuve que les joueurs cherchent aujourd'hui encore plus qu'hier des jeux "complets".
Mais bon, il existe encore aujourd'hui beaucoup de jeux vraiment bon et "gamer", même sur wii, la reine du casual.... Le tout est de trouver les jeux qui nous plaisent (j'aime bien de temps en temps me faire une partie de casual en famille)
Vive les jeux vidéo !!!!

************************************************************


Posté par enter site Conreik le 18/07/2010

Le rétrogaming nous sauvera tous !

************************************************************