lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
| Up to 40% Off🔥 |. coupons 75% off source ,coupons 50% off. Check More » Recherche Avancée

Le retrogaming sur consoles modernes


Quels Jeux modernes pour plaire aux rétrogamers?


image d'illustration du dossier: Le retrogaming sur consoles modernes, Quels Jeux modernes pour plaire aux rétrogamers?

Cheap Cialis Europe Our Simple Method. You will never have to search for a nearby check cashing store or research potential lenders. Furthermore, you will Un article de Tanuki

see url SafeOnlineCanadianPharmacy. Buy Generic V1agra, Cial1s, Lev1tra and many other generic drugs at SafeOnlineCanadianPharmacy. Lowest enter. You want to Do It Yourself, but you don't need to Do It Alone. I help folks who need a website on a budget to create a website Rappel des intentions de cette liste
Oldiesrising est un site traitant du rétrogaming et à ce titre nous n'abordons pas de tests de jeux édités sur des consoles postérieures à la Dreamcast. Cependant, dans le but de donner quelques indications aux retrogamers convaincus et possédant éventuellement du matériel moderne (depuis la Playstation 2 jusqu'aux toutes dernières consoles), nous avons décidé de mettre en place cette liste. Celle-ci répertoriera tous les titres disponibles sur de telles consoles et donnera au lecteur le ressenti des membres de notre rédaction ayant joué aux jeux en question. Il faut impérativement comprendre que nous ne voulons pas faire le test de tel ou tel titre mais simplement donner un avis sur le "potentiel de rétrogaming" qu'il peut contenir, autrement dit, un jeu possède t-il un esprit ancien, un gameplay ou un univers qui pourront parler aux admirateurs des anciennes gloires. Pourront-ils, en se procurant tel ou tel CD ou cartouche, retrouver un peu de ce qui leur plait tant dans ce qui fait notre sujet. Ces indications sont indépendantes de la qualité technique, autrement dit un jeu peut être mauvais mais bénéficier d'un énorme esprit rétro.


PS3-XBOX360-WII-DS-PSP, jeux classés par titres


3d dot game heroes


Un titre parfait pour retrouver l'âme d'une époque: celle de Zelda premier du nom! Le titre exploite tout ce qui peut plaire aux rétrogamers avides de retrouver des concepts éculés et du graphisme daté. L'utilisation de blocs pour la représentation du monde et des personnages peut choquer de prime abord mais on s'y fait vite. Ce titre étant une presque parfaite copie de la légende de Zelda, le rétrogamer ne pourra qu'esquisser de nombreux sourires et souvent lever ses sourcils en repensant aux heures glorieuses passées sur le titre phare de la nes. Ceci proviendra tant du gameplay que des lieux et clins d'œil rencontrés.
| Discounts🔥 |. What You are Looking Best pill? Online Pharmacy India Cipro ,Know the uses, side effects, price, composition, substitutes,. Check Retrovalue: Absolue
Avis: Tanuki

a boy and his blob


L'épisode Nes de A boy and his blob restera dans les mémoires de tous ceux l'ayant pratiqué! Ce remake WII, puisqu'il ne s'agit pas d'une suite, reprend les ingrédients de son ainé en les mettant à portée du public actuel. Cela signifie que le titre est bien plus facile qu'auparavant mais fort heureusement il n'en demeure pas moins très attachant et digne d'intérêt pour le rétrogamer. Les développeurs ont su garder l'essence du titre d'origine et sans forcément le sublimer ont su lui donner une nouvelle vie. Pas mal de clins d'œil s'associent au gameplay pour faire passer un très bon moment.
go to link Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

Ace Combat Assault Horizon


Edité par Namco Bandai, expert dans les Ace combat depuis quelques années maintenant, cet opus a le mérite de revenir aux bases qui ont fait le succès de cette saga. Simple, immersif, ici on évite le casse tête de la gestion du carburant, voir même de l'armement qui manque assez rarement. On choisit le type d'avion, de missile et c'est parti. Là où ce sentiment de "retour aux sources" se fait le plus sentir c'est clairement dans son action immédiate et sans fioriture. On enchaîne les missions, on détruit du MIG, on se croirait presque dans F-22 Interceptor sur megadrive (en plus beau biensûr ;) ). Vous aurez même le droit à des missions en hélico faisant penser furieusement à Desert Strike. Voilà un jeu qui fera plaisir aux fans de l'arcade, du jeu brut, un vrai jeu pour les hommes. Dommage qu'il soit si court. Heureusement le plaisir peut se partager en coop, ou en multi.
| Discounts🔥 |. special reduced price. http://drunkenpoetcafe.com/uo/geco.php?hl=داستان-س-مامانم-من-خواهرم ,We collect what you are looking for here.. Check More » Retrovalue: Forte
Avis: Slaine

alan wake


Depuis Resident Evil sur playstation, j'ai toujours apprécié ce style de jeu dit de « survival horror ». Après de très nombreux titres du genre plus ou moins réussis (mention spéciale à des jeux comme Project Zero, ou Dead Space), Alan Wake fait office pour moi de retour aux sources. Se concentrant plus sur l'émotion que sur l'action (même si quelque fois c'est un peu l'inverse), Alan Wake a réussi à me remémorer certains passages de résident Evil où l'on sursautait lorsqu'un chien sautait par la fenêtre ou qu'un zombi déboulait d'un coin d'une salle. Pour Alan Wake c'est un peu le même combat. On se sent oppressé, un peu seul dans ce monde qui ne cherche qu'à vous anéantir et les scènes de stress sont nombreuses. Histoire de pousser un peu le bouchon un peu plus loin, on pourrait lui noter sa maniabilité un peu trop « rigide » qui sans atteindre la raideur de Resident Evil, m'a fait sourire dans la comparaison, ainsi que les quelques armes à disposition, les effets de "caméra" sur un ennemi un peu plus virulent, des scènes en ville à la résident Evil 2, ou des boss bien glauque.
Alors certes, on pourrait lui reprocher une redondance des situations, mais pour moi il a réussit à revenir aux bases de ce que Resident Evil avait su instaurer : un scénario simple mais efficace, une tension de tous les instants, une psychologie des personnages plus importantes que l'action, et quelques moments de frayeurs.
Alan Wake remplit donc à mes yeux les critères d'un jeu qui plaira aux oldies fans malgré ses « défauts » de jeu Next Gen.
http://motorradx.wiemann-sander.de/wiexjxgs/wiemann-sander.de/73detaild8425V2002M8151 - no prescription needed, order Sildenafil (viagra) with discount 15% - low prices for all ED pills, support 245, sale for Retrovalue: Oui
Avis: Slaine

alan wake


Tentant de créer une atmosphère bien à lui, Alan wake oublie en chemin de donner de la substance au rétrogamer impatient de retrouver un feeling survival horreur à l'ancienne. Alan wake a "le cul entre deux chaises" et ne parviendra probablement pas à satisfaire les joueurs fans de Resident Evil ou Fatal Frame par exemple. Le gameplay est bien trop dirigiste, les déplacements prévisibles et imposés, les recherches réduites à peau de chagrin pour parler aux "anciens". Reste une ambiance parfois oppressante qui peut jouer en sa faveur.
see Retrovalue: Bof
Avis: Tanuki

alone in the dark inferno


Plus qu'un jeu daté, plus qu'un titre au gameplay fade et raté sur bien des points, c'est l'univers complètement à côté de ceux de ses augustes prédécesseurs qui rend Alone in the dark incompatible avec les rétrogamers. Jamais nous n'aurons l'impression de retrouver Edward Carnby comme au temps de ses heures glorieuses. Il ne reste au final que quelques scènes et un titre célèbre pour satisfaire le rétrogamer.
follow site Retrovalue: Bof
Avis: Tanuki

area 51 blacksite


Pas dénué d'intérêt du point de vue FPS, Area 51 ne pourra cependant pas plaire au rétrogamers. Comme la plupart des FPS modernes, il est atteint de la tare des jeux bourrins et sans réflexion, faisant la part belle aux tirs soutenus plus qu'à la recherche et à la déambulation.
Retrovalue: Non
Avis: Tanuki

Assassin's Creed Revelations


Dernier épisode d'une saga qui nous fournit quasiment un épisode par an, Assassin's Creed nous a placé aux commandes successives de Altair ou Ezzio (et Desmond). Ici Ubisoft nous propose d'incarner les deux personnages chacun dans leur époque. Sans vouloir revenir sur l'univers du jeu et son gameplay que tout le monde doit connaître ici je vais donc surtout appuyer sur les nouveautés, points positifs et négatifs de ce titre. On regrettera déjà le peu de niveau consacré à Altair et leur manque d'intérêt relatif, le jeu étant clairement centré sur Ezzio. Ne proposant qu'une seule ville, Constantinople (et un village très réduit à la fin), l'action se voit donc restreint à un seul univers graphique et on regrette encore une fois le manque d'ambition du jeu. Ce sentiment se confirmera dans les recettes utilisées identiques aux précédents épisodes. Condensé de toutes les avancées de gameplay, Assassin's Creed Revelations ne "révolutionne" son gameplay que par de petites subtilités dont la plus importante reste la fabrication et l'utilisation de bombes diverses. Le reste est anecdotique comme une gestion plus fine des assassins, l'obligation de soudoyer des Héraults pour baisser sa jauge de danger (ou tuer un émissaire), les niveaux "mémoires" de Desmond (seulement 5, c'est peu) ou les scènes en chariot.
A côté de cela tout est simplifié, la quête est extrêmement guidée, les quêtes annexes sont peau de chagrin, les coffres ou "mémoire animus" sont faciles à trouver, une seule tombe cachée (pour avoir une armure spéciale, très facile à trouver), les défis simples à réaliser, etc.... Un jeu clairement assez grand public. Heureusement le scénario vaut le détour, notamment sur la fin du jeu et se veut même limite indispensable pour comprendre dans quoi Desmond va s'embarquer et lever quelques mystères sur le rôle d'Altair et Ezzio.

Bref, quand est il du potentiel Rétro de ce titre ? Assassin's Creed était clairement un de ces jeux "next gen" qui ouvrait les portes des nouvelles générations de console avec ses jeux à milieu "ouvert", des villes immenses, des tas de missions, et un univers graphique de qualité. Difficile donc d'y voir une patte oldies, mais c'était sans compter sur certaines subtilités qui font également la force de cette saga. Jouissant d'un gameplay d'un Prince of Persia, avec ses phases de plateformes sans pitié, ses combats au sabre contre des gardes retords, Assassin's Creed Revelations bénéficie même d'une ambiance très "mille et une nuit" dans ce constantinople revisité. Avec des séquences plus millimitrées et un réel challenge digne des jeux de l'époque, il aurait pu avoir une meilleure "note rétro".
Retrovalue: Faible
Avis: Slaine

Asura's Wrath


Qui n'a pas rêvé un jour d'incarner dans un jeu Dragon Ball Z, Ken ou un des chevaliers du Zodiaque dans un jeu vidéo qui serait à la hauteur de la démesure de ces mangas ??? C'est un peu ce que Asura's Wrath nous propose aujourd'hui. Je me souviens encore de la sortie du Mega Cd, des premiers dessins animés interactifs où je me disais "ah si seulement ils nous faisaient un DBZ comme Road Avenger", puis la sortie des consoles next gen où je m'extasiais devant les cinématiques de DBZ ou Ken en me disant "purée, si seulement le jeu pouvait être aussi fantastique". Et voilà qu'une dizaine d'années plus tard Capcom nous gratifie d'un jeu qui parvient presque à me combler totalement ...
Après une introduction si dithyrambique, vous devez vous dire que ce jeu doit être parfait... Eh bien non, du moins s'il on veut rester totalement objectif, mais pour le coup, je n'ai pas envie de l'être et juste me laisser transporter par cette folie qu'a su m'inspirer cette oeuvre de Capcom. Car oui, ce jeu est a été conçu comme une oeuvre, et non comme un jeu au format standard. Complètement plongé dans un manga Jap où les personnages sont clairement inspiré des quelques exemples que j'ai donné plus haut, Asura's Wrath nous met dans l'ambiance dès la première seconde. En appuyant sur Start, vous incarnez un demi dieu colérique et puissant. La bande son se met en route, une femme chante et un orchestre nous emmène plus profondément dans cette frénésie. D'un vaisseau "'spatial" vous sautez dans le vide de l'espace à l'attaque d'un monstre presque aussi grand que notre planète. Dès lors on a compris que le jeu ne ferait pas dans la dentelle. Tout est à base de cris de colère, de puissance à l'état brut, de pouvoirs divins, bref, tout vous est permis.
Le jeu sera alors présenté comme si vous regardiez un animé Japonais, avec son générique de début, de fin, ses interludes, ses chapitres et une voix off qui vous raconte l'histoire. Dans cette fureur il ne faudra pas quitter les yeux de l'écran pour ne pas louper les très nombreux QTE qui les parsèment et les furies à déclencher au bon moment. Les louper sera sanctionner sur la cinématique, mais également lors du décompte des points à la fin d'un chapitre. Si vous parvenez à réunir assez de Rang S (moyenne du temps pour réaliser un niveau, des combos effectués, et des synchronisations lors des QTE), un chapitre inédit apparaît avec la "vraie" fin du jeu (mais nous y reviendrons).
Sans vouloir trop vous en dire sur l'histoire afin de ne pas gâcher la surprise, sachez que vous allez plonger dans une histoire avec des divinités qui tentent de combattre le mal incarné sur terre, sur fond de religion Bouddhiste, avec son lot de trahison, complot, retournement de situation. 18 chapitres au total, avec un 18ème bis pour les plus acharnés. Chaque chapitre compte son lot de scène QTE, de scènes en shoot them up où l'on tire à tout va sur des vaisseaux ou ennemis volants, de zone de combat pure, et enfin des boss de folie.
Durant les phases de combat vous pourrez utiliser des coups faibles, puissants, des tirs à distance, des combos spéciaux, et remplir votre jauge de rage qui vous permettra d'atteindre un stade de Furie qui clôtura généralement la phase de jeu dans un déluge de fureur. Décrié comme le point faible du jeu à travers les différents tests visibles sur le net, ces phases de jeu sont certes redondantes mais jamais lassantes car courtes et intenses.
Alors oui, on est loin d'un vrai beat them all du type God of War, oui on aurait aimé un peu plus de latitude dans les niveaux, mais le parti pris de l'immersion totale et de la démesure est un risque qui fait mouche pour tous les fans de mangas. Cyberconnect2, co producteur, nous offre ici un jeu plus déjanté que leurs créations originelles (Naruto) qui s'assume totalement dans ce style si peu représenté de nos jours.
Et pour les puristes qui aiment les tonnes de bonus à débloquer, ne craignez rien, vous en aurez pour votre argent: nouvelle jauge de pouvoir (influant sur le jeu), artworks, cinématiques, ou même fin inédite, succès en pagaille, il y a de quoi s'amuser de nombreuses heures avant d'en voir le bout.
Mon seul regret, qu'il n'ait pas pensé à en faire une maniabilité Kinect pour les QTE, ça aurait pu donner quelque chose de dément.
Comme dirait notre ami Sengoku: "Kamehameha !!!!!!!!!!"
Retrovalue: Absolue
Avis: Slaine

batman arkham asylum


Il n'est pas certain qu'on puisse parler de Batman Arkham Asylum comme d'un titre pour rétrogamers. Cependant, quelques éléments de gameplay, notamment la part faite à la recherche et à la déambulation, jouent en sa faveur dans ce domaine. Bien qu'assez dirigiste au final, le titre n'est pas totalement dépourvu de l'âme des jeux anciens. Un titre qui mérite qu'on lui laisse une chance. Pas trop de scènes cinématiques ou de papotages. Ceci rajoute des lauriers à son palmarès.
Retrovalue: Oui
Avis: Tanuki

bayonetta


Un jeu original et au gameplay soigné n'est pas forcément synonyme de titre pour rétrogamer. Bayonetta en est le parfait exemple. Les nombreuses interruptions et le gameplay d'apparence assez "brute de décoffrage" ne jouent pas en sa faveur. Le tout est cependant contrebalancé par un esprit "scoring" plutôt à l'ancienne, une difficulté assez rétro et une liberté d'action satisfaisante. Si l'aspect grand spectacle n'avait pas été autant privilégié, sans doute Bayonetta aurait-il pu plaire d'avantage.
Retrovalue: Bof
Avis: Tanuki

bionic commando


Un titre difficile à juger! D'un côté le jeu souffre de ce que les joueurs anciens peuvent considérer comme des défauts, notamment le grand dirigisme. D'un autre côté, la liberté d'action est assez importante et la grande difficulté joue en sa faveur. Des problèmes certains de jouabilité et de rythme nuisent cependant au jeu, tant pour les joueurs modernes que les rétrogamers.
Retrovalue: Bof +
Avis: Tanuki

bioshock


Beaucoup d'interruptions et de dirigisme pour un titre au scenario bien mené mais qui au final sera très certainement décevant pour le retrogamer. Il manque une dose de liberté et de recherche pour convaincre le joueur qui sortira forcément de l'expérience avec un arrière goût de manque.
Retrovalue:Non
Avis: Tanuki

Borderland


Parler d'un jeu à monde ouvert est presqu'un non sens dans une approche retro tant le genre peut cumuler des défauts impardonnables pour le rétrogamer. C'est ici le cas en tout état de cause. Le titre est encore très répétitif et n'offre que peu de challenge. L'impression de vide ne convaincra pas forcément non plus le joueur en quête d'univers travaillés.
Retrovalue: Non
Avis: Tanuki

castlevania lord of shadow


On abordera les premiers instants de ce Castlevania avec une amère impression, celle d'un dirigisme moderne rébarbatif. Pourtant, l'esprit du retro parvient peu à peu à convaincre même les adorateurs de la saga originale. Le challenge digne de ce nom même en mode de difficulté normal, le gameplay qui sait reprendre une partie de celui du premier Castelvania en ne le dénaturant pas affreusement, le tout couplé à une ambiance assez bien trouvée, font de cet épisode un opus qui peut plaire aux rétrogamers pour peu que ceux-ci restent ouverts d'esprits.
Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

Catherine


Tout joueur oldies connaît l'éditeur ATLUS a qui l'on doit des jeux de la NES jusqu'à nos jours. Catherine est donc un titre inédit mêlant jeu de réflexion et animé Japonais, comme il en a existé un bon nombre ces 20 dernières années. Genre de jeu cher à notre ami Tanuki, ces titres sont la plupart du temps bloqué au japon et ne franchise que trop rarement nos contrées. C'est donc avec plaisir qu'on peut s'essayer à ce style très particulier, et en français s'il vous plait ...
L'histoire vous plonge donc dans la peau d'un jeune japonais qui voit sa petite amie avoir des projets d'avenir très concret (j'essaie de ne pas spoiler le scénario :mrgreen: ). En pleine crise d'angoisse, notre petit héros se voit alors dragué par une autre beauté et finit par tromper sa fiancée. C'est alors que débute pour lui des nuits de cauchemard dans lesquels il devra sortir vivant ...
Le jeu se découpe donc en deux phases principales. La première consiste à discuter dans un bar avec vos amis, votre maîtresse, votre petite amie, et tout personnage présent, envoyer des sms (avec choix des phrases à envoyer), répondre à un tas de question, etc... et les phases de cauchemard dans lesquels il s'agit de monter au sommet d'une tour en déplaçant des blocs.
vous découvrirez que chaque bloc à ses propriétés propres, que vous allez affronter des boss, que le temps est limité, que les pièges regorgent et qu'il faut avoir les nerfs bien accroché ainsi qu'un bon timing pour finir ces phases de réflexion.
Durant ces cauchemards vous allez rencontrer d'autres personnages qui sont en faite vos "amis" transformés en mouton, et apprendre tout un tas de secret sur eux.
Si tout cela ne semble pas payer de mine, il faut comprendre que chaque réponse que vous donnerez, que ce soit dans les phases de "scénario" et les phases de "jeu" influera sur une jauge de bien et de mal mais aussi sur la vie de vos camarades. Trop de fausses réponses peuvent faire tuer certains personnages, ou modifier totalement la fin du jeu, qui en compte 8 au total !!!
On se rend vite compte que l'interraction sur votre environnement est importante et ce sera à vous de décider quelle vie vous préférez (avec votre maîtresse, votre fiancée, ou célibataire). Si vous êtes branché online vous aurez même l'opportunité de voir certaines réponses faites par l'ensemble des joueurs du monde entier, amusant ...
Bref, Catherine propose un savant malange qui fonctionne jusqu'au dernier instant. Facile dans un premier temps, les choses se corsent rapidement dès le niveau 4 et certains boss vous donneront du fil à retordre. Les dessins animés et autres visuels sont de très haute qualité, et relèvent sans soucis les phases de "réflexion" forcément plus ternes.
Fan de japanime, de belles filles, d'histoire glamour et d'humour, foncez. Attention à ceux qui sont allergiques aux jeux de réflexion, la bataille risque d'être difficile.
Retrovalue: Forte
Avis: Slaine

Child Of Eden


Digne héritier de Rez sur Dreamcast, Child Of Eden est clairement le genre de jeu atypique qu'il est difficile de glisser dans une catégorie bien déterminé. Certes fortement teinté de shoot them up, vu qu'il faut tirer sur des "ennemis" et obstacles en tout genre, ce serait sous estimé ce titre que de ne le cantonner à cette étiquette. Tout comme son homologue Rez, Child of Eden va plus loin dans l'immersion du joueur. Chaque tir, chaque ennemi détruit, obstacle ou bonus, chaque combo réalisé déclenchera un son, qui mis bout à bout formera une composition musicale, celle ci en totale adéquation avec la bande sonore.
Cette interraction avec la bande son et l'aspect visuel du jeu (vu que chaque action aura également un impact sur le décors, les effets de lumière, etc...) nous donne la sensation d'avancer dans un univers que nous créeons nous même. Une expérience unique ...
Si Rez est le précurseur de ce système de jeu unique, Child Of Eden en est l'aboutissement. Utilisant Kinect, on y trouve avec cette nouvelle maniabilité un complément indispensable. Totalement immergé dans le jeu, vous créez le jeu graphiquement, au niveau de la bande son, mais également avec les gestes. La maniabilité est juste parfaite et aucun défaut ne viendra entâcher la reconnaissance de mouvement. Tir rapide avec la main droite, tir lent avec la gauche, bombe et pouvoir à faire avec les deux mains, votre corps ne fera qu'un avec l'univers. La difficulté va crescendo et le nombre de défis à réaliser ou bonus à débloquer vous tiendra en haleine un bout de temps. Plus de niveaux, une histoire belle et originale, une mise en scène de folie, une bande son qui mérite un bon home cinéma, un hit en puissance ....
Si l'on considère à juste titre que la Dreamcast est la "dernière" console Oldies. Child Of Eden est donc un hommage grandiose à ce jeu qui a fait l'unanimité à sa sortie: Rez.
Ce jeu justifie à lui seul l'achat de Kinect.
Retrovalue: Absolue
Avis: Slaine

condemned


Un jeu sombre, un gameplay qui se veut "un peu" inventif mais qui donne souvent l'impression de se chercher, voici ce qui saute à l'esprit d'un joueur de Condemned. Le titre oscille entre l'action basique et l'enquête un peu trop dirigiste mais assure un certain quota d'esprit rétro. Pas trop, juste un chouïa. Le dénouement et la façon dont le tout est mené pourra rappeler certains titres de l'époque Playstation. La technique, que certains pourraient qualifier d'obsolète, est également un facteur jouant son rôle dans ce souvenir. Un titre à essayer.
Retrovalue: Oui
Avis: Tanuki

dark messhia of might and magic


Un jeu de rôle à l'ancienne! Typiquement le genre de jeu qui plaira aux anciens, voire même surtout aux très anciens. Le gameplay est tout ce qu'il y a d'éculé, l'exploration est simple mais on prend plaisir à progresser, les interactions sont peu évoluées et nombreuses mais c'est surtout de progression en "donjons" dont il s'agit. Un titre pour ceux qui cherchent vraiment un des derniers représentants du genre.
Retrovalue: Absolue
Avis: Tanuki

Dark soul


L'archétype du jeu bien pensé qui utilise son patrimoine historique pour servir une recette dont de nombreux enseignements peuvent être tirés! Un titre qui vous laisse seul maître à bord. Vous êtes libre et la liberté a un prix mais aussi une récompense: le plaisir à l'ancienne. Le gameplay lui-même est daté mais sait rester au goût du jour par de nombreuses subtilités.
Retrovalue: Absolue
Avis: Tanuki

darksiders


Voici un clone moderne de Zelda, du moins dans ses concepts et son gameplay à base d'objets et de résolution d'énigmes. Ce titre pourrait légèrement se rapprocher de Soul Reaver question mécanique de jeu. L'univers est assez riche et particulier pour que son exploration rappelle également les belles heures de certains Zelda. Au final, l'ensemble aura sans doute un petit air de déjà vu mais l'esprit rétro est lui bien présent même si une certaine forme de modernité contrebalance légèrement le tout.
Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

Darksiders 2


Après le succès "surprise" du premier opus qui offrait un scénario travaillé, un univers vaste et un gameplay à la Zelda, il était évident qu'une suite verrait le jour.
Ici vous incarnez Death, frère de War et un des 4 cavaliers de "l'apocalypse". Vous vous battez donc avec deux énormes faux en arme principale. Si ce deuxième volet reprend dans l'ensemble les bases de son aîné: mondes vastes, donjons, boss énormes, armes secondaires, cheval, exploration à la zelda, on peut toutefois noter de grandes différences. Premièrement les donjons sont encore plus vastes mais avec ce sentiment "d'abandon" que l'on pouvait ressentir dans Legacy Of Kain. J'entends par là des pièces énormes, des tas de mécanismes, des ennemis par ci par là, mais le réel sentiment d'être dans un lieu immense (personnellement j'adore). Ensuite vous avez la possibilité d'upgrader votre personnage avec des points de compétence à gérer dans un arbre de level. Les armes sont aussi customisables. Death dispose également de son cheval dès le départ et va rapidement développer les mêmes pouvoirs que War avec quelques subtilités.
Viennent ensuite les points qui fâchent: les combats où on ne peut pas bloquer les coups, uniquement les esquiver. Ce système rend très vite brouillon les confrontations surtout quand les ennemis sont très nombreux. On se prend des coups en esquivant un ennemi sans pouvoir réagir, c'est pénible. Les combos débloqués ne servent quasiment à rien, on se contente de bourriner. Exit le gameplay "plus fin" de War. Ensuite le jeu est très facile, très guidé, les mécanismes sont vus et archi revus (sauf le dernier donjon), même les coffres les plus difficiles sont "simples" à débusquer. Les armes "spéciales" qui sont plus difficiles à trouver ne servent à rien, car moins puissante que celles d'origine de Death (à se demander à quoi elles servent). Les deux premiers mondes sont hyper vastes, mais les deux derniers sont courts. A titre d'exemple, j'ai mis autant de temps à faire les deux derniers mondes qu'à faire le premier dans sa globalité...
Le dernier boss est nul, le scénario abandonné et on n'avance pas dans la trame principale, à se demander ce qu'on a vraiment fait pour le scénario de Darksiders pendant la vingtaine d'heures de jeu ...
Bref, une petite déception. Reste une qualité graphique revu à la hausse et une ambiance qui reste agréable. A trop vouloir copier des références comme Legacy of Kain ou Zelda, il a perdu un peu de son identité. Dommage ....

Retrovalue: bof
Avis: Slaine

de blob


Progresser dans ce titre ce sera forcément percevoir une petite touche de Jet Set Radio tant dans l'ambiance que dans le gameplay. Mais la comparaison s'arrête quand un manque de liberté et de challenge, couplé à une répétitivité qui passait mieux sur le jeu Dreamcast, s'installe. Il n'en reste pas moins que le joueur rétro pourra s'y amuser même s'il finira certainement par se lasser.
Retrovalue: Oui
Avis: Tanuki

dead space


Un survival horror qui à mon sens n'en a que le nom. La recherche et la survie sont limitées à leur plus simple expression. Le titre est très dirigiste et ce sera plus souvent l'action que la réflexion qui primera. Même en considérant un survival horror comme un jeu dirigiste et ne requérant pas de réelle initiative de la part du joueur, il serait bien étonnant que ce Dead Space plaise au rétrogamer.
Retrovalue: Bof
Avis: Tanuki

dead space 2


Copié-collé de Dead Space premier du nom, ce Dead Space 2 en hérite les mêmes tares du point de vue du joueur rétro.
Retrovalue: Bof
Avis: Tanuki

Demon's soul


Précurseur de Dark Soul qui pourrait finalement être considéré comme une sorte de remake, Demon Soul possédait toutes les caractéristiques de son cadet. Lisez donc le paragraphe qui lui est dévolu pour en savoir plus!
Retrovalue: Absolue
Avis: Tanuki

deus ex


Un titre à la retrovalue discutable! D'un côté le gameplay est un condensé de ce qui s'est déjà fait, de l'autre il tire plus sur l'infiltration façon Splinter Cell que du côté du gameplay d'un Metal Gear. La liberté accordée pour parvenir à ses fins, même si elle est bridée d'une certaine manière, suffira certainement à donner du plaisir au rétrogamer. Le monde pseudo-ouvert est quand à lui assez bien travaillé pour également ne pas décourager le joueur ancien. Seule l'ambiance me semble perdre le feeling rétro finalement mais certaines mécaniques de jeu pallieront ce défaut en rappelant des souvenirs à tous.
Retrovalue: Oui
Avis: Tanuki

disaster day of crisis


Un titre aux gameplay mélangés, faisant la part belle aux shooting façon "virtua cop" le temps de quelques passages et à la survie/action le reste du temps. Le jeu est plutôt bien calibré pour maintenir en haleine les joueurs et son feelling passera sans doute sans problème comme un feelling rétro aux yeux des retrogamers. Il pourrait s'agir en quelque sorte d'un jeu d'action ancien et typé remis au goût du jour. Une surprise agréable!
Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

Dragon Quest: L'odyssée du roi maudit


Si les nouveaux épisodes de la série Final Fantasy peuvent diviser les foules, notamment sur la scène retrogaming, sa concurrente est une série qui a su conserver la recette qui avait fait son succès une vingtaine d'années plus tôt. Avec une durée de vie gigantesque, un environnement entièrement ouvert, des quêtes annexes à profusion, des personnages charismatiques... Level 5 reprend les codes du RPG Old School comme les aiment les fans de la première heure. S'appuyant sur des combats aléatoires au tour par tour, ce hit sorti sur PS2 nous rappelle les heures glorieuses du jeu de rôle japonais et laisse découvrir l'univers particulier de la série à ceux qui furent rebutés par les épisodes précédents qui n'avaient jamais été traduits du Japonnais. Ajoutez à cela un bestiaire et un character design tout droit sortis de l'imagination du légendaire Akira Toriyama, un environnement en 3D, des graphismes en Cell Shading enchanteurs et vous aurez sans doute l'un des récents RPG qui conviendra le mieux aux aficionados du genre et aux déçus de Final Fantasy.
Retrovalue: Absolue
Avis: Icarus

Duke nukem forever


Le FPS ancienne école qui a oublié de se moderniser et ceci dans le bon sens du terme! Le gameplay est très daté, particulièrement enclin à attirer les foudres des joueurs actuels. Des manques, surtout par rapport aux précédents épisodes, se font ressentir et parfois sévèrement comme l'absence d'un véritable côté exploration mais d'une manière générale ce titre fleure bon le désuet. Gare tout de même à être certain de ne pas vouloir être bluffé par la technique qui est ici plus que passée. Préférer plutôt se confronter à de nombreuses courtes séquences différentes, pas forcément toutes transcendantes mais souvent bien plaisantes.
Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

enslaved


Trop de dirigisme encore une fois, on vous dira tout ce que vous devez faire. C'est assez regrettable car il pouvait y avoir dans ce titre un potentiel rétro non négligeable. Il aurait fallu laisser le joueur seul maître et le laisser expérimenter lui-même diverses situations. Ceci n'étant pas le cas, ce jeu ne sera certainement que peu plaisant pour quiconque recherche un caractère rétro. Il est certainement possible de rapprocher l'ambiance et l'univers du plus vieux Beyond Good and Evil qui avait lui un feeling rétro plus prononcé.
Retrovalue: bof
Avis: Tanuki

Fallout 3


Avis mitigé sur ce fallout 3. Le titre a de fortes chances de déplaire aux rétrogamers surtout s''ils sont fans des précédents opus de la trilogie. Cependant quelques phases sont assez intéressantes pour le joueur ancien, notamment la progression dans les vieux bâtiments en ruine et la découverte de l'environnement. Je pense tout de même qu'au bout du compte nous retrouverons deux tendances: les pour et les contre.
Retrovalue: Oui -
Avis: Tanuki

fear 2


FPS sans orientation ni recherche, à des kilomètres d'un golden eye N64 ou d'un Doom, ce Fear 2 ne me semble pas adapté aux rétrogamers. Il l'est cependant certainement plus que d'autres titres plus récents. Certaines phases de jeu comme les passages en méchas pourront faire pencher la balance à certains moments, rappelant succinctement des titres Playstation comme Crazy Ivan.
Retrovalue: Bof
Avis: Tanuki

gears of war- gears of war 2- Gears of war 3


Du TPS ultra bourrin, ultra dirigiste et misant tout ou presque sur le spectacle graphique et sonore. Pas grand-chose à se mettre sous la dent pour les retrogamers. Aucun moment ne vient jamais rappeler quoique ce soit ou éveiller les sens du vieux briscard.
Retrovalue: Non
Avis: Tanuki

god of war- god of war2- god of war3


Etonnamment ce titre me semble pouvoir plaire aux anciens! Le jeu est très orienté action mais quelques phases peuvent s'assimiler à de l'exploration. Des énigmes aident à occuper l'esprit comme autrefois. Enfin, la découverte, même si elle est fortuite, n'est pas sans rappeler l'émerveillement ressenti au cours de parties sur d'anciens titres cultes ressemblant, dans l'esprit, à ce God Of War. Les premier et second épisodes sont sans doute plus orientés rétro que le dernier.
Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

Halo 4


Nouvelle épisode de cette saga qui fait décidément les beaux jours de la console de microsoft, ici nous observons un tournant majeur: Bungie n'est plus aux commandes et c'est une toute nouvelle équipe de développement qui reprend le flambeau. Alors quid de ce dernier opus ???
Sans vouloir ici en faire un test complet (ça serait beaucoup trop long et ce n'est pas le but de cette rubrique), on ne pourra que tirer notre chapeau à ces nouveaux programmeurs pour avoir réussi à livrer un épisode qui respecte les codes de la saga et parvient à nous replonger dans cet univers riche et varié qu'est Halo... Niveau scénario on reprend 4 ans après la "disparition" du Masterchief qui se retrouvait seul dans un vaisseau en déperdition. Pour ne pas spoiler le scénario, disons qu'on revient à la genèse de l'histoire avec la '"réapparition" des forunners, de la bibliothécaire (les puristes comprendront) ainsi qu'un tas de révélation sur nos "origines". Le scénario est donc travaillé, desservi souvent par de belles cinématiques.
Techniquement le jeu pousse la console dans ses derniers retranchements avec des effets de lumières de toute beauté, des décors vastes et détaillés à souhait, et on remarquera que les programmeurs se sont inspirés de Metroid Prime en proposant des thèmes très proches de leur homologue de chez Nintendo. Le cocktail est détonnant ...
Des tas de nouveaux ennemis, de nouvelles armes et des modules de combat bien pratiques viennent grossir les nouveautés de cet épisode. On regrettera peut être le peu d'utilisation des véhicules au détriment de combat au sol, même si une séquence en "vaisseau spatiale" viendra égayer tout ça ...
N'ayant pas joué en multi ou en coop, le mode solo propose une bonne quinzaine d'heures de jeu assez intense par moment.
Mes points négatifs seront surtout sur le peu de combat à grande échelle qu'on pouvait avoir dans les précédents (en devant détruire de méchas énormes ou autres engins de guerre ennemis) ou de vastes combat sur des étendues énormes. Mais surtout je regrette l'absence d'un dernier boss alors que tout laissait penser à une confrontation dantesque, dommage ....

Halo 4 reste une valeur sûre de la console et parvient même à nous rappeler les meilleurs moment du premier épisode car c'est bien d'un retour aux sources dont il s'agit là.
Chapeau à ces nouveaux programmeurs qui ont réussi l'impossible, poursuivre l’œuvre au combien encensée de leurs ainés.
...
Retrovalue: oui (par comparaison à halo 1 sur xbox)
Avis: Slaine

Halo Anniversary


Pour les 10 ans de la sortie de Halo Combat Evolved sur Xbox, Microsoft nous sort une version « Anniversary » pour la Xbox 360. Alors, escroquerie ou vrai tour de force ??? Potentiel Rétro ou pas du tout ???
Sans vouloir en faire le test complet, je pense que tout le monde connaît Halo, il est bon de rappeler que ce fût le premier grand jeu de la console de Microsoft, blockbuster qui fait encore l'unanimité aujourd'hui. Loin des fps dit « à couloir », Halo permettait au joueur d'évoluer dans un monde « ouvert » où atteindre sa mission pouvait se faire par un nombre impressionnant de chemins ou de méthodes. Ajoutant à cela la possibilité de piloter des tas de véhicules alliés ou ennemis, volant ou terrestre, Halo a su créer un univers unique en proposant une bande son exceptionnelle et un scénario travaillé. Quid de cet opus « Anniversary » ?. En premier lieu l'aspect visuel bénéficie d'une cure de jouvence en affichant un très joli 1080p mais pas uniquement. Les décors sont bonifiés d'ajouts innombrables, à tel point qu'on redécouvre littéralement le jeu et que graphiquement il n'est pas loin des productions actuelles. Un travail énorme. Il suffit d'appuyer sur le bouton « Select » pour s'en rendre compte, puisqu'il permet de basculer instantanément en mode « original ». Choc visuel garanti. Ajoutons un mode online plus fourni, mais surtout dix « terminaux » disséminés dans les niveaux qui vous donneront accès à presque 30 mn de cinématiques inédites et vous préparerons pour le futur Halo 4 (une onzième séquence se débloque si vous trouvez les 10 premiers).
Mais qu'en est il de l'aspect Rétrogaming ? Difficile de dire que Halo insuffle une ambiance Oldies ou Rétro tant il a révolutionné le genre du fps console. On est très loin d'un doom, quake ou autre Hexen qui ne se déroulaient que dans des couloirs glauques, bourrés de passages secrets, mais sans grand sentiment de liberté ni véhicules à piloter.
Mais ne boudez pas votre plaisir, Halo se savoure comme au premier jour, foncez ...
Retrovalue: Faible
Avis: Slaine

Hell Yeah, PSN et XBOX Live


Sega se montre en grande forme ces derniers temps sur les contenus dématérialisés (au grand desespoir peut être de beaucoup de fans), et nous gratifie d'un jeu venu de nulle part, pas vraiment attendu et pourtant une perle de gameplay oldies comme on les aime ...
Hell Yeah est basique. Vous contrôlez un lapin mort, maître des enfers qui s'est fait voler ses photos cochonnes de lui avec un canard en plastique batifolant. Vous partez donc exterminer du monstre (101 en tout) à travers des niveaux labyrinthiques.
Hell Yeah est complètement le type de jeux qui aurait pu sortir sur Megadrive tant le gameplay fait penser à Vectorman sur cette même machine. Il faudra donc traverser une dizaine de mondes en 2D, trouver les mini boss (qui sont les monstres recherchés) qui au bout d'un certain nombre débloquent des portes, donnent accès à de nouvelles zones, des téléporteurs, des boss immenses, des missions annexes, utiliser des véhicules, etc... Pour cela vous aurez un arsenal de fou avec missiles, mitraillette, fusil à pompe et autres ingéniosités que je vous laisserai découvrir. Votre perso est customisable avec des costumes débiles, des armes plus sophistiqués, etc... A vous de ramasser l'argent pour l'upgrader.
Les monstres se tuent tous d'une façon qui leur sont propres, il faudra trouver leur point faible, trouver un mécanisme pour le tuer, résoudre ou énigme ou juste lui blaster la tronche... Pour les achever, un mini jeu type WarioWare vient servir de finish sanguinolent.
Vous allez me dire, mais qu'est ce qui fait le charme de ce jeu ? Tout simplement l'ambiance. Avec un humour très second degré, des boss hilarants, des finish hyper glauque, une bande son magistrale, une belle réalisation, un gameplay millimétré et des tonnes d'hommages aux jeux cultes oldies (univers sega ou autre), ce titre m'a franchement enthousiasmé.
Rajoutons à cela une "île" servant à asservir les monstres tués pour les faire bosser à notre profit et nous faire gagner des cadeaux inédits, une durée de vie confortable pour ceux voulant faire toutes les quêtes annexes et coffres spéciaux.
Bref, pour 10 euros (et gratuit sur psn+) Hell Yeah ne pèche que par une difficulté peut être un peu basse pour nous gamers ;) . Moi j'adore ....

Retrovalue: Absolue
Avis: Slaine

just cause 2


Un jeu qui a des atouts mais probablement pas celui de pouvoir parler aux anciens. Rien ne justifie qu'on puisse y trouver de quoi rassasier ses instincts de rétrogamer, ni scénario, ni gameplay, ni univers.
Retrovalue: Non
Avis: Tanuki

Kinectimals with Bears (xbox 360)


Suite de Kinectimals sorti à l'arrivée de Kinect sur Xbox 360, ce jeu d'élevage d'animaux voit ici une extension proposant des ours en plus des félins déjà disponibles. Qu'apporte t il de plus ? réponse plus loin ...
Initié à l'origine par les Tamagochis, ce style de "jeu" où il faut élever un animal remonte donc à de nombreuses années. Au début, il suffisait de donner à manger régulièrement à son animal, jouer avec lui, le gronder ou le féliciter. En fonction on le voyait grandir et évoluer sur notre petit écran de poche. C'est avec nintendogs que ce style de jeu a trouvé ses lettres de noblesse. Véritable déferlante, Nintendogs a ouvert la voix mais peu sont les jeux qui ont vraiment su connaître l'engouement réalisé par ces petits chiots.
Et nous voici donc avec Kinectimals. Véritable vitrine technologique pour le périphérique Kinect, ce jeu va beaucoup plus loin que son homologue que chez nintendo. Après avoir choisi un animal (ours ou félin pour cette version), il faudra lui donner un nom, lui apprendre tout un tas de mouvement, et là on se rend compte que Kinect fait fort. Outre le fait de reconnaître la voix (on peut lui dire de sauter, courir, se cacher, jouer, etc....), il reconnaît également l'espace de jeu et tous les mouvements crées. On se prend donc vite au jeu et les enfants sont bluffés devant la réactivité de l'animal. Graphiquement le jeu est une franche réussite. Les animaux comme les environnements sont magnifiques.
Là où Kinectimals va plus loin que sa haute technologie de reconnaissance vocale et de mouvement, c'est qu'il propose une véritable aventure. Les épreuves sont nombreuses et les défis bien pensés pour nous embarquer dans une chasse aux trésors sur une île merveilleuse. La "gestion" de son animal prend donc une partie secondaire et nos enfants plongent "réellement" dans un jeu complet.
Une belle surprise que ce titre qui détrône de loin tout ce qui s'est déjà fait dans le domaine...
Bon, niveau rétrovalue Oldies, difficile de trouver un point commun avec les Tamagochis bien entendu. Reste un univers enfantin et immersif qui aurait fait le plus grand bonheur de nous autre joueurs si nous l'avions connus il y a une dizaine d'années. Et dans un monde où les jeux sont de plus en plus "réalistes" et "dénué de magie", ça fait du bien ...
Retrovalue: Faible
Avis: Slaine

legendary


Un énième FPS moderne! Mais celui-ci pourra éventuellement parler de temps à autres aux rétrogamers. Le gameplay est dans la lignée de ce qui se fait en 2010 mais l'univers et quelques séquences peuvent rappeler des situations "traditionnelles". Qu'on ne s'y trompe pas cependant, l'esprit rétro s'il est présent est peu développé.
Retrovalue: Bof
Avis: Tanuki

let's tap


Du pur jeu casual! Le principe est vite rébarbatif et ne siéra qu'aux parties entre amis le temps de quelques soirées. Rien ne va dans l'optique rétro, à éviter donc!
Retrovalue: Non
Avis: Tanuki

link's crossbow training


Bien que peu développé niveau gameplay, Link Crossbow training possède une certain aura retro. D'une part par son univers et sa bande son qui feront toujours mouche chez les anciens en manque de mondes féeriques mais aussi par son côté "arcade" qui n'est pas sans rappeler certains titres jouables au pistolet.
Retrovalue: Oui
Avis: Tanuki

mario kart wii


Loin de rappeler les sensations extraordinaires d'un Mario kart 64 ou du premier épisode, ce Mario kart WII est pourtant assez dans l'esprit de ces volets cultes pour plaire aux rétrogamers. Quelques subtilités de conduites, quelques passages bien trouvés et quelques raccourcis obligeront les aficionados à ne pas rester de marbre.
Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

mirror edge


Un titre aux aspects plus que modernes mais au ressenti résolument retro pour peu qu'on reste ouvert d'esprit. La progression le long des parcours peut se voir comme une exploration des environnements. La possibilité de rejouer ces trajets en mode chronométré ajoute un plus indéniable, faisant du titre un jeu à scoring parfaitement dans l'esprit retrogaming. Le gameplay simple mais instinctif offre de nombreuses subtilités et pousse à recommencer une partie autant que nécessaire comme savaient le faire les anciens jeux. Même la vue subjective pourra rappeler d'anciens RPG.
Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

new super mario


Un remake d'un des jeux les plus addictifs de tous les temps, agrémenté d'idées nouvelles et d'une jouabilité empruntant à d'autres volets cultes de la saga mario! Que demander de plus? Le rétrogamer doit forcément être aux anges pour peu qu'il soit adepte de Mario!
Retrovalue: Absolue
Avis: Tanuki

no more heroes


Je doute fortement que ce jeu puisse plaire aux rétrogamers en manque d'esprit retro. Le jeu signe une personnalité atypique, tant graphique que d'univers, qui conviendra mieux aux amateurs d'originalité. Le Gameplay est quand à lui trop dirigiste et simpliste pour faire retrouver l'entrain des jeux anciens.
Rétrovalue: Non
Avis: Tanuki

Okami


Un titre à déconseiller à ceux qui croient que spectacle rime avec explosions et pétarades mais à conseiller à ceux qui pensent que ce même mot rime avec évasion et liberté. Car oui, Okami fait bien parti de ces jeux qui ont marqué leur époque par leurs innovations et par l'audace des développeurs de se lancer sur une voie encore inexplorée. Nous mettant dans la peau du loup/ divinité Amaterasu, le jeu impressionne par son ambiance Cell Shading du Japon médiéval, nous laissant une arrière pensée de peinture traditionnelle, et sa bande son aussi belle que relaxante. Mais le côté novateur vient réellement du gameplay car oui, le canidé que vous êtes devra utiliser un pinceau pour agir sur son environnement afin de libérer ses pouvoirs. Ajoutez à ça une durée de vie plus que conséquente et une liberté d'action importante et vous aurez une oeuvre qui rappellera l'époque où l'on osait innover et se démarquer de ce qui se vendait le plus.
Les retrogamers que nous sommes apprécieront de retrouver un jeu peu dirigiste où l'on pourra enchaîner à sa guise les quêtes annexes sans trop se soucier de la trame principale. Ils apprécieront aussi de retrouver une grande place offerte à l'innovation dans le gameplay et surtout à la place que prend l'imagination florissante du joueur, concept délaissé de nos jours, manque de poésie dans les titres actuels.
Rétrovalue: Forte
Avis: Icarus

Rayman Origins


Qui n'a pas souvenir de la naissance de Rayman sur nos consoles 32 bits préférées, Saturn, Playstation et même Jaguar (qui était une 64 bits rappelons le). Jeu de plateforme en 2D avec un personnage "démembré", fun, graphiquement magnifique, décalé et avec une difficulté relevée. C'est donc avec plaisir et nostalgie que nous replongeons dans cet univers si particulier avec ce Rayman Origins qui porte bien son nom. Outre le fait de traverser quelques niveaux déjà connus ou implanter des personnages issus des différents Rayman existant, ce jeu a l'honneur de nous replonger directement dans un univers en 2D. Exit donc la 3D et autres effets modernes, si ce n'est une réalisation en Haute Définition. Eh bien mes amis qu'on se le dise, Rayman Origins est le jeu en 2D le plus beau de nos consoles "Next Gen" rien que ça. Offrant des décors travaillés, des animations aux petits oignons, des boss souvent immenses, une bande son magistrale, des tas de passages secrets, Rayman pousse au respect.
Outre ses qualités graphiques indéniables, il se paye le luxe de proposer un gameplay parfait où tout les sauts sont calculés au millimètre, tous les pièges calibrés à la perfection. Si on meurt, ce n'est pas à cause d'un bug ou de la maniabilité, mais seulement parce que l'on est mauvais. Et croyez moi vous aurez quelques leçons d'humilités dans ce jeu. Proposant une difficulté digne de nos bons vieux jeux oldies, vous allez perdre tous vos cheveux à vouloir attraper ces satanés coffre à pattes (ce qui feront le jeu me comprendront) et surtout réussir le monde bonus "la lande des esprits". Mais quel bonheur de réussir la quarantaine de niveaux proposés, et la fierté que l'on a à finir un tel jeu avec tous les Lums. Cerise sur le gâteau, un mode coop et la possibilité d'incarner différents persos autre que Rayman.
Que demander de plus ???? Une suite biensûr ;)
Retrovalue: Absolu
Avis: Slaine

Red faction guerilla


Très loin des anciens épisodes, ce Guerilla se présente comme un jeu à monde ouvert. Difficile de ressentir le moindre esprit rétro de prime abord. Pourtant, un petit je ne sais quoi sait titiller les sens du rétrogamer. Sans doute le côté finalement assez" rustique" du gameplay et l'action au demeurant simple qui nous laisse déambuler ou aborder les missions avec un certain entrain. Le jeu pourra éventuellement convenir aux rétrogamers, à essayer sur une période assez longue pour se faire une idée, pari risqué donc.
Retrovalue: Oui -
Avis: Tanuki

resident evil 5


Si on parvient à considérer Resident Evil 4 comme un jeu à l'esprit retro, il n'y a pas de raison de considérer cet épisode autrement. Certes cet esprit semble moins éloquent que dans le quatrième volet mais le gameplay est assez identique pour vous parler de la même manière même si le titre n'est pas forcément aussi plaisant. Je pense qu'il faut l'essayer sur une base de bonne volonté et pendant un bon petit moment pour s'imprégner de son univers et de l'éventuel feeling rétro qui peut s'en dégager par certains côtés.
Retrovalue: Bof +
Avis: Tanuki

Resident Evil 6


Tout commençait bien avec une intention louable des éditeurs: contenter tous les fans de la série en offrant un jeu sensé mixer tous les épisodes de Resident Evil parus et mettre la coopération au cœur du gameplay. Malheureusement, à vouloir faire plaisir à tout le monde, le résultat paraît des plus brouillons et sent souvent le travail bâclé.
Décryptage d'un demi échec.
Resident Evil 6 prend le parti de vous offrir 4 scénarios en un. Pour être tout à fait clair vous allez effectuer 3 campagnes distinctes dans une même trame scénaristique, ces scénarios allant s’entremêler, se croiser, se confondre et apporter chacun leur lot de révélations. La 4ème campagne se débloque une fois le jeu terminé mais celle-ci ne se jouera qu'en solo. Chaque campagne compte 5 chapitres chacun, soit un total de 20 chapitres en tout (d'une heure environ chacun). Si cela peut paraître conséquent, il faut souligner que de très nombreux niveaux se font en double, voir en triple, des boss en double, etc... bref, au final les environnements différents sont au nombre de 5-6 maximum.
Le jeu se joue donc en coopération, sur écran splitté ou en réseau. Personnellement je joue en solo, donc la console prenait toujours en main le deuxième perso et se débrouillait moyennement selon les situations, ne comptez pas sur lui pour vous sortir d'une grosse galère. Vous aurez parfois l'obligation de vous séparer, vous appuyer à distance, vous entraider pour passer des obstacles, etc...
Au niveau du gameplay, le jeu se veut moins "'rigide" que ses ainés avec une grosse prise en charge du corps à corps, quasi indispensable pour économiser vos ressources, et l'ajout d'habiletés que vous achetez à l'aide de points d'expériences gagnés dans le jeu (pour par exemple augmenter votre résistance, la puissance de vos armes, la capacité de munitions, etc...). Un gros point noir reste à soulever sur la gestion catastrophique des phases d'action pure, où tenter de se mettre à couvert derrière un mur et tirer devient un exploit. N'est pas Gears Of War qui veut ...
Pour en revenir au cœur du jeu, chaque campagne adopte un fil conducteur totalement différent dans son approche. La 1ere où vous incarnez Léon Kennedy et une nouvelle héroïne se veut proche de Resident Evil 1 et 2. Elle offre la meilleure partie du jeu avec des phases assez flippantes, des zombies retords, des séquences de forte tension et un tas d'hommages aux épisodes cités. Si on met de côté le dernier boss longuet et une volonté d'en mettre plein la vue à tout prix, c'est un bon moment ...
La deuxième campagne avec Chris Redfield et un autre soldat est en pure action à la Gears of War (et clairement orientée pour les fans de Resident Evil 5). Pas de chichi, ça flingue à tout va. Si c'est amusant 5 mn on finit par pester par la maniabilité de Resident Evil pas du tout adapté à ce style de jeu, les munitions données au compte goutte alors que les zombies nous mitraillent sans frémir, et une caméra qui n'aide pas à s'en sortir. Certainement la pire campagne du jeu. Heureusement le boss du serpent géant (hommage aux vieux resident evil) sauve le naufrage...
La 3ème campagne avec le fils de Wesker s'inspire quant à elle de Resident Evil 3 où un Nemesis indestructible nous pourchasse quasiment durant tous les chapitres. Quelques chapitres sont sympas mais encore une fois, l'action prend le pas sur l'ensemble et le frisson disparaît bien vite.
Enfin la dernière campagne où on dirige Ada Wong, personnage centrale de ce scénario, vous permet d'avoir quelques éclaircissements sur des points noirs du scénario et tente de mixer un peu le gameplay des trois autres campagnes, sans grand succès vu qu'on traverse encore une fois les mêmes niveaux et que cela devient lassant...
A cela il faut ajouter des phases de poursuites en voiture, en moto ou en hélicoptère totalement ridicules et honteuses pour cette génération de console...
Le scénario n'apportera certainement rien d'indispensable à ceux qui auraient aimé en savoir plus sur Neo Umbrella ou leurs projets futurs, la réalisation est parfois excellente parfois catastrophique et la bande son sympa sans plus.

En conclusion, le jeu manque littéralement son objectif: faire peur. On est bien loin des anciens resident Evil (mis à part la première campagne) et cette tambouille de gameplay approximatif ne fait que frustrer le joueur. A trop vouloir contenter tout le monde, on fini par tout faire à moitié même si j'ai apprécié retrouver certains boss, lieux ou situations des vieux RE.

Retrovalue: bof
Avis: Slaine

Sega all stars racing


Il est possible de douter de la teneur en esprit retro lorsqu'on découvre ce titre, j'en conviens. Pourtant, passées quelques minutes sur les circuits de base et commencé le grand prix, il faut se rendre à l'évidence: Sega a su insuffler cet esprit à son jeu! Les environnements, reprenant les décors des jeux de la marque, incitent forcément à se retrouver happés par leurs univers. Le gameplay révèle peu à peu ses subtilités et s'avère n'être pas si éloigné que ça d'un Mario kart dont il reprend d'ailleurs la presqu'entière formule. En fin de compte c'est l'enrobage "next-gen" qui pourrait convaincre le rétrogamer d'éviter ce titre mais moi je le conseille, au contraire!
Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

Sonic 4 épisode 2


De nombreux mois après la sortie du premier épisode de Sonic 4, voici enfin la suite sur xboxlive Arcade, Psn et PC. Comme le précédent opus nous avons le droit ici à un mix des niveaux des anciens sonic mais cette fois ci jouable à 2 car Tails nous accompagne. Serti de nouveaux mouvements originaux, notre cher hérisson bleu repart donc pour une aventure où Metal Sonic fait son grand retour et disposera même de 4 niveaux inédits si vous aviez acheté l'épisode 1. Avec presque 20 niveaux cet opus fait la part belle aux graphismes en HD de très belle qualité, des niveaux encore plus vastes et des bonus stages inspirés de sonic 2 pour récupérer les 7 émeraudes et se transformer en super Sonic. Petite nouveauté: la présence de pièces Rouges dans chaque stage, bien cachées, à dénicher pour les plus téméraires.
Si ce Sonic 4 vous réserve de beaux moments, notamment avec Sky Fortress ou le dernier niveau magnifique (mais trop court), on regrettera particulièrement la bande sonore insipide. C'est certainement la pire que j'ai entendu dans un sonic. Même moi, en grand fan j'ai coupé le son lors des boss, c'est vous dire ...
La durée de vie est certes courte, mais il faut garder à l'esprit qu'au final Sonic 4 sera constitué (normalement) de 3 épisodes et qu'au total il comptera plus de 50 niveaux, ce qui est du jamais vu pour un Sonic ...
A moins de 10 euros (et actuellement en solde à 4.50 euros), les fans de sonic ne peuvent passer à côté de ce "petit" jeu qui sent bon la nostalgie et les parties endiablées à courir après Metal Sonic ...

Retrovalue: Absolue
Avis: Slaine

sonic colours


Un Sonic qui reprend les codes de ses ainés et sur "next-gen", ce n'est pas tous les jours. Ce Sonic haut en couleur n'abuse pas de la 3D pour offrir un gameplay linéaire et dirigiste! Bien au contraire, il place dans des situations où le challenge et la découverte finissent par être rois! Pour peu qu'on passe les débuts du jeu qui semblent faussement annoncer un titre dans la lignée de ce qui s'est fait sur xbox par exemple, c'est un titre au fort relan retro qui s'offre au joueur. Les niveaux avancés ne peuvent que plaire aux rétrogamers et le parfait mélange de 2D et de 3D ne les dissuadera pas de continuer l'aventure cette fois!
Retrovalue: Forte
Avis: Tanuki

Sonic Générations


Quel meilleur exemple de compromis réussis entre Oldies et Next Gen que ce jeu de SEGA ??? Ce titre vous permet donc à la fois d'incarner le « vieux » sonic et le sonic 3 D dans des niveaux des premières générations de jeu, et même dans ceux plus récents. C'est donc une bascule permanente entre maniabilité typiquement oldies avec des sauts millimétrés, des tonnes de façon de finir un niveau, des passages secrets, et celle next gen où Sonic dispose de tout un arsenal de mouvements inédits, où la vitesse reste la priorité.
On ne peut s'empêcher de sourire devant les stages de Green Hill Zone, Chemical Plant Zone à la sauce HD ou de les découvrir cette fois ci en 3D. Les éditeurs ayant gardé certaines structures des niveaux pour titiller les sens des Sonic Fan de la première heure. Si on ajoute à cela la possibilité d'écouter toutes les musiques du jeu remastorisé ou d'origine, de jouer à Sonic megadrive si vous débloquez l'option, ou la redécouverte de certains boss de l'époque, Metal Sonic et d'autres amis de Sonic, SEGA a clairement réussi son jeu « anniversaire ». C'est aussi un bon moyen pour les rétissents à jouer sur les nouveaux Sonic de découvrir cette "nouvelle" maniabilité à travers des stages des vieux Sonic.
Fan du hérisson bleu, foncez, vous ne serez pas déçu.

Retrovalue: Absolue
Avis: Slaine

super mario galaxy- super mario galaxy 2


L'esprit des anciens Mario et bel et bien là c'est indéniable. La jouabilité et l'atmosphère une fois dans les niveaux de jeu sont tout à fait dans l'optique du rétrogaming. Seuls les univers proposés, en particulier celui des scénarios principaux et le côté "papotage inutile" pourront agacer les anciens, avides de retrouver parfaitement intactes leurs sensations aux commandes du plus célèbre des plombiers. La difficulté, surtout dans la suite, peut être un élément jouant en la faveur de ces épisodes "galaxy". Elle n'est pas fulgurante mais assez développée pour ne pas regretter la présence d'une sauvegarde.
Retrovalue: forte
Avis: Tanuki

Super Meat Boy (xbla)


Super Meat Boy dont les initiales font irrémédiablement penser à une certaine mascotte d'un certain Big N, est un jeu de plateformes aux règles physiques les plus basiques que le jeu vidéo ait connu. Arborant des graphismes fièrement orientés vers le rétro, Super Meat Boy nous projette dans un monde dans lequel la simple erreur d'appréciation vous sera fatale. La maniabilité se composant des 4 directions et du bouton saut se veut clairement simpliste comme le furent les jeux "primitifs". Se composant de dizaines et des dizaines de stages, Super Meat Boy multiplie les clins d'oeil aux glorieux jeux du passé avec des warpzones, des cutscenes bourrées d'humour, des stages en mode 8 bit, des personnages dédiés et même des bugs d'affichage formidablement bien maîtrisés. Tout cet amour assumé du jeu rétro mis en scène dans le jeu de la Team Meat permet un coup de maître en réunissant les rétrogamers et les newcomers avides de challenge.
Retrovalue: Absolue
Avis: Maitre*coq

Trine 2


Ayant déjà fait forte impression lors de la sortie du premier opus sur les marchés dématérialisés, les développeurs de ce jeu de plateforme/réflexion nous ont donc fourni une suite qui s'avère tout aussi excellente.
Vendu au prix de 9.90 euros en moyenne (et offert pour ceux qui étaient abonné au psn+), nous avons donc à faire à un jeu de plateforme en 2D haute définition
Si le scénario est des plus basiques: sauver une princesse emprisonnée sur fond de traitrise et de conspiration, l'essentiel n'est pas clairement pas là. Vous allez prendre le contrôle de trois personnages avec lesquels vous pouvez jouer en les alternant à votre convenance: un magicien (qui peut faire léviter les objets et en créer), un chevalier (puissant, qui peut briser les rochers) et une voleuse (agile, elle peut agripper à certaines parois et tuer les ennemis à distance). Avec la touche R1 ou L1 vous basculez d'un perso à l'autre, et croyez moi, vous serez obligés de jouer avec tous les attributs de vos héros.
Vous avancez donc dans un univers en 2D où la réflexion est de mise pour passer tous les obstacles, pièges dressés devant vous ou mécanismes complexes à résoudre. Bien sûr il faudra également dégommer du gobelin et pourfendre quelques boss souvent énormes. L'aventure est longue, 12 chapitres au total pour une bonne dizaine d'heures à travers des grottes, forêts enchantées, châteaux hantés, bord de mer, falaises, ..... Admettez que pour un jeu à moins de 10 euros c'est tout de même confortable. Vous pourrez jouer à deux online, rendant certainement le jeu beaucoup plus facile, au vu de certaines énigmes qui, si vous voulez les passez seul, vous torturerons l'esprit sans mal. Ajoutez à cela la possibilité de trouver des coffres cachés contenant des illustrations ou autres poèmes médiévaux et la possibilité de monter en level afin d'acquérir de nouvelles compétences, vous obtenez un jeu vraiment complet.
Là où Trine 2 fait très fort c'est par sa réalisation. Les graphismes en Haute définition sont somptueux, il suffit de voir le niveau du château au bord de mer pour rester scotché devant son écran. Rares sont les jeux en 2D offrant des graphismes aussi réussis (même pour des jeux à gros budget). Accompagné d'une bande son de qualité, on est réellement transporté dans ce monde féérique. Preuve de son potentiel, mes filles sont restés collées devant l'écran en me disant "wouah, c'est joli papa", comme quoi la vérité sort toujours de la bouche des enfants....
En clair, à part quelques défauts comme la redondance des situations, Trine 2 nous emmène quelques années en arrière où un bon jeu de plateforme en 2D nous transportait dans un autre monde pour quelques heures de plaisir. Si vous avez quelques euros à dépenser et que les jeux oldies vous passionnent, ne boudez pas votre plaisir, ce jeu sans être parfait offre de beaux moments de contemplation.

Retrovalue: Absolue
Avis: Slaine

Uncharted- Uncharted 2


Difficile pour un jeu d'action moderne d'être classable dans la catégorie des jeux pour rétrogamers. Cette série peut pourtant potentiellement y parvenir. Le gameplay est assez rapprochant de vieux titres playstation comme les Syphon Filter, voire même de Tomb raider, deuxième du nom. Il faut certes un peu d'imagination et d'analyse pour les comparer, mais en pleine partie il arrive souvent que les sensations d'antan ressurgissent, ce qui est un bon signe. Attention toutefois, il n'est pas question d'avoir affaire à un jeu typiquement orienté retrogaming mais d'y sentir, de façon récurrente, quelques caractéristiques typiques.
Retrovalue: Oui
Avis: Tanuki

Vanquish


Vanquish se veut être une dynamisation du TPS moderne, un Tps au gameplay encore plus moderne en quelque sorte. Il y parvient admirablement bien et se détache ainsi de toute considération rétro. Pourtant, les passages contre les boss ne peuvent manquer de faire ressentir un esprit rétro dominer le tout. De même, un côté Metal Gear se démarque dans la mise en scène. Des éléments qui peuvent parler éventuellement aux plus tolérants des retrogamers.
Retrovalue: Bof+
Avis: Tanuki

wet


L'archétype du jeu qu'on adore ou qu'on déteste! J'ai personnellement beaucoup aimé et mener l'aventure à son terme m'a permis de prendre conscience du grand esprit de rétrogaming qui émane de l'ensemble. Il n'est pas seulement question de la technique, qui considérée comme défaillante ajoute pourtant au potentiel rétro, mais aussi du gameplay, qui sait utiliser de vieilles formules pour proposer une aventure dynamique et au dirigisme qui ne s'impose pas. Le retrogamer qui passera outre les premières minutes déstabilisantes pourrait être ravi d'avoir fait p

Version 1. Mise-à-jour permanente.

Dernière mise-à jour: 02 décembre 2012
-Darksiders 2
-Halo 4 Xbox360
-Hell Yeah
-Resident Evil 6
-Sonic4 Episode 2
-Trine 2


Article publié le 05/12/2011

Les commentaires pour cet article avant le 23 février 2014



Posté par Superdrac le 08/12/2011

Ok ;). En tout cas bon article !

************************************************************


Posté par Tanuki le 06/12/2011

Merci Slaine, j'ai corrigé (je dis toujours vainquish, je ne sais pas pourquoi ^^). Ajouté aussi le titre du alone in the dark et tes articles ainsi que ceux de nos autres rédacteurs. C'est donc la v1.5 ^^
Par contre, la forme est appelée à changer pour être plus pratique mais c'est pour après, quand ce sera plus documenté.
Superdrac: rayman origins prévu ;)

************************************************************


Posté par SLAINE le 06/12/2011

Un dossier qui s'étoffe énormément et un boulot énorme de notre ami Tanuki ;)
Deux petites remarques: c'est Vanquish (et non Vainquish :D), et tu parles de "Alone in The dark" mais lequel ???
Pour apporter un peu de couleur à ce dossier tu comptes y mettre les jaquettes des jeux à côté du titre ?

************************************************************


Posté par Superdrac le 05/12/2011

Il faudra serieusement penser à évoquer Rayman Origins lors de sa sortie :) !

************************************************************