lien vers mail lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising
Recherche Avancée

Castlevania Partie 9


De 2005 à nos jours


Un article en rapport avec la saga Castlevania
image d'illustration du dossier: Castlevania Partie 9, De 2005 à nos jours

Un article de Manuwaza



Rappel Sommaire



Partie 1 : La genèse du projet et les influences
Partie 2 : De la fiction à la réalité
Partie 3 : Castlevania fait des émules
Partie 4 : Le concept général/Une trame scénaristique extrêmement riche
Partie 5 : Les différents jeux de la saga : années 80, la genèse
Partie 6 : Les différents jeux de la saga : de 1991 à 1995 : l'avènement du 16 bits
Partie 7 : Les différents jeux de la saga : de 1996 à 2000 : génération 32/64 bits
Partie 8 : Les différents jeux de la saga : de 2001 à 2005 : génération 128 bits
Partie 9 : Les différents jeux de la saga : de 2005 à nos jours : le next-gen
Partie 10 : Les goodies


Titre Japonais : Akumajou Dracula : Sougetsu no Juujika
Titre Occidental : Castlevania : Dawn of Sorrow

Place dans la Chronologie : 2036
Date de sortie Japonaise : 25-08-2005
Date de sortie Américaine : 04-10-2005
Date de sortie Européenne : 30-09-2005
Plate-Forme : Nintendo DS

image du jeu video castlevania dawn of sorrow sur nintendo ds image du jeu video castlevania dawn of sorrow sur nintendo ds

Après deux épisodes en 3D sur PS2, Konami revient à ses premiers amours avec ce Dawn of Sorrow sur DS. Suite directe de Aria of Sorrow sorti quelques années auparavant sur Game Boy Advance, ce nouvel épisode s'avère très proche de son prédécesseur...peut être même trop proche. En effet, aucun changement marquant ne vient enrichir le gameplay, ce dernier restant quasiment identique à celui d'AoS, les seules innovations se comptant sur les doigts d'une main. Tout d'abord, le passage sur DS offre au joueur une seconde surface d'affichage, permettant de conserver en permanence la carte sur l'écran du haut (sachant qu'elle peut à tout moment être remplacée par un écran de stats via une simple pression sur la touche select). La fonctionnalité tactile est quant-à-elle sous exploitée et se résume à quelques cassages de blocs, à la téléportation rendue plus pratique, ou bien à la récupération des âmes des boss en dessinant un pentacle à l'écran. Enfin, les fonctionnalités sans fil de la console permettent de se connecter aux DS de ses amis pour s'échanger des âmes, comme tout bon fan de Pokemon le ferait avec son jeu préféré.

Le soft emprunte également beaucoup à Curse of Darkness, et ce sur plusieurs aspects. Tout d'abord, les âmes récupérées sont désormais soumises à des possibilités d'évolution, les rendant plus puissantes pour peu que vous en collectiez un certain nombre du même type. Ensuite, ces dernières peuvent se matérialiser en tant qu'alliés, qui vous suivent et peuvent vous assister en combat. Pour aborder l'aspect affrontement, un autre ajout en provenance directe de KOTOR 2 fait son apparition. Il est ainsi désormais possible d'équiper deux configurations d'équipement (deux armes, deux armures etc etc) et de switcher entre ces dernières in-game par une simple pression sur une touche. Selon l'adversaire, le joueur est ainsi en mesure de changer sa stratégie en quelques secondes pour s'adapter rapidement et efficacement à l'adversaire rencontré. Enfin, la fabrication d'armes fait son grand retour, permettant au joueur de concevoir ses équipements en associant des armes de base avec des âmes.

Pour l'aspect visuel, la puissance de la DS fait des merveilles et le résultat est aussi convainquant que l'était Symphony of the Night en son temps. Les développeurs sont parvenus à mêler la traditionnelle 2D, à des éléments 3D présents en arrière-plan. Le résultat est pour le moins impressionnant, et l'impression de profondeur saisissante. Dès le début du jeu, on se retrouve dans un village enneigé, avec une foule de détails animant le tout de manière fantastique (la neige qui tombe, par exemple). Au fil des heures de jeu, on gardera le même niveau de qualité. On regrettera cependant que la plupart des environnements ne soient des reprises d'Aria of Sorrow, les décors inédits étant plutôt rares. La magie opère cependant indéniablement, avec en bonus la présence d'un mode de jeu permettant de refaire l'aventure en incarnant Julius Belmont. Afin de débloquer ce nouveau mode, il faudra terminer le jeu avec une fin alternative dans laquelle Soma deviendra le prince des ténèbres, obligeant Julius à le traquer et à le tuer. Très proche du gameplay de Castlevania III, cette nouvelle aventure vous permettra de switcher à volonté entre trois personnages, chacun ayant des caractéristiques lui étant propres.

image du jeu video castlevania dawn of sorrow sur nintendo ds image du jeu video castlevania dawn of sorrow sur nintendo ds



Titre Japonais : NC
Titre Occidental : Castlevania Double Pack

Place dans la chronologie : 1748/2035
Date de sortie Japonaise : NC
Date de sortie Américaine : 11-01-2006
Date de sortie Européenne : 17-02-2006
Plate-Forme : Nintendo Game Boy Advance

image du jeu video castlevania double pack sur nintendo game boy advance

Pour une fois qu'un jeu Castlevania était réservé aux non-japonisants, il fallait que ce soit une compilation! Pas grand chose à dire sur cette dernière sortie sur GBA en 2006. Elle proposait à l'époque d'acquérir Harmony of Dissonance et Aria of Sorrow pour le prix d'une seule et même cartouche. Une bonne occasion de découvrir ces deux excellents épisodes pour ceux qui n'avaient pas eu l'occasion de le faire à l'époque de leur sortie, et ce à petit prix.


Titre Japonais : Akumajou Dracula : Gallery of Labyrinth
Titre Occidental : Castlevania : Portrait of Ruin

Place dans la chronologie : 1944
Date de sortie Japonaise : 16-11-2006
Date de sortie Américaine : 05-12-2006
Date de sortie Européenne : 09-03-2007
Plate-Forme : Nintendo DS

image du jeu video castlevania portrait of ruin sur nintendo ds image du jeu video castlevania portrait of ruin sur nintendo ds

Ce nouvel épisode sorti sur DS apporte un plus non négligeable à la cohérence scénaristique de l'ensemble de la saga. Il s'inscrit en effet en tant que suite directe de Castlevania Bloodlines sorti dans les années 1990 sur Megadrive, et relatant la manière dont John Morris a utilisé le Tueur de Vampires pour se débarrasser de Dracula. Cette fois, c'est son fils Jonathan que le joueur doit incarner, héritier du Vampire Killer... Pour ceux qui ont joué au volet MD, les corrélations entre les deux softs sont donc monnaie courante, et ces deux chapitres s'inscrivent clairement dans le même arc scénaristique. Au niveau de la logique de progression, on reste dans la lignée de ce qui avait déjà été fait dans les précédents épisodes sortis depuis SotN. Le joueur progresse dans les différentes zones du château, accumulant de l'expérience et augmentant de niveau. Cette fois ci, l'accumulation de points d'expérience vaut cependant non seulement pour le personnage dans son ensemble, mais également pour les armes secondaires. Ainsi, plus le joueur utilisera un type d'armes, plus il deviendra puissant dans ce domaine. Au fil de sa progression, il parviendra à débloquer de nouvelles zones en acquérant des aptitudes bien particulières. Par exemple, deux parties du château nécessiteront de pouvoir se transformer en chouette pour y accéder. Une autre ne pourra être accessible qu'en utilisant le double saut. Bref, jusque là, rien de bien nouveau.

Là où ce nouvel épisode se distingue, c'est dans la présence des tableaux. En effet, en plus de parcourir le château bien connu, le joueur devra entrer dans des portraits disséminés ça et là, qui font office de véritables niveaux supplémentaires. Là est le bouleversement de la progression, bouleversement vraiment tangible, notamment au niveau de la variété des environnements. En effet, quel Castlevania était parvenu jusqu'alors à faire voyager le joueur dans une pyramide Égyptienne, une lugubre forêt, un pittoresque village et bien d'autres décors? A ce niveau, le soft est une fois encore très proche de Bloodlines... Pour rester sur ces environnements, le résultat visuel est pour le moins impressionnant. A l'instar de Dawn of Sorrow, les développeurs ont mêlé la 2D, à quelques éléments en trois dimensions dans les arrière-plans. Le résultat est saisissant, le meilleur exemple de cet état de fait étant sans conteste le premier portrait dans lequel on progresse en admirant en arrière plan un bâtiment doté d'une perspective magnifique. Bref, un aspect visuel qui n'a rien à envier à celui de DoS...

Mais les innovations ne se limitent pas uniquement à celles évoquées plus haut. En effet, il est désormais possible de faire à tout moment appel à sa coéquipière Charlotte, qui se battra alors aux côtés du joueur en attaquant les adversaires. Utiliser ces deux personnages de concert pourra donner lieu à des attaques magiques combinées d'une puissance énorme, qui seront d'un grand secours contre certains boss, mais néanmoins très couteuses en MP. A tout moment, le joueur peut switcher entre les deux personnages pour choisir celui se prêtant le mieux à la situation présente : Jonathan et sa puissance, ou Charlotte et sa magie. Attention néanmoins, car les dommages subis par le coéquipier se répercuteront directement sur la jauge de MP. Une bonne surveillance de cette dernière sera ainsi indispensable pour ne pas se retrouver à sec au moment de lancer un sort... De même, la coopération entre les deux protagonistes sera nécessaire pour espérer progresser dans les niveaux, en stoppant un train lancé à pleine vitesse, en poussant un bloc obstruant le passage, ou tout simplement en se faisant la courte échelle afin de gagner les quelques centimètres manquants pour atteindre une plate-forme. Cette coopération a donc été poussée à outrance, pour un résultat plus que convainquant.

Concernant le contenu du jeu, ce dernier offrira de longues heures de plaisir à son heureux possesseur. La quête principale est d'ores et déjà garante d'une bonne longévité avec ses trois fins différentes, et s'accompagne d'une multitude de quêtes annexes qui prendront beaucoup de temps à être réalisées, les plus impressionnantes étant carrément des tableaux cachés. Une fois l'aventure terminée, il sera possible de la rejouer avec deux nouveaux duos : soit Stella et Loretta, soit Richter et Maria. La maniabilité en est alors totalement transformée, le maniement de ces nouveaux protagonistes étant très différent de celui du duo Jonathan/Charlotte. S'y ajoute un mode Boss Rush, et surtout beaucoup de clins d'œil aux autres épisodes à découvrir pour les plus attentifs (affronter Richter Belmont en combat singulier vaut son pesant de cacahuètes). Bref, un excellent jeu qui prouve que Konami a à cœur de ne pas se reposer sur ses lauriers.

image du jeu video castlevania portrait of ruin sur nintendo ds image du jeu video castlevania portrait of ruin sur nintendo ds



Titre Japonais : Akumajou Dracula X : Gekka no Yasoukyoku
Titre Occidental : Castlevania : Symphony of the Night

Place dans la chronologie : 1797
Date de sortie Japonaise : 25-07-2007
Date de sortie Américaine : 21-03-2007
Date de sortie Européenne : 21-03-2007
Plate-Forme : Microsoft X-Box Live Arcade

image du jeu video castlevania symphony of the night sur microsoft xbox live arcade

Compte tenu du succès remporté par Symphony of the Night, rien d'étonnant à voir Konami essayer d'exploiter le filon au maximum. L'avènement des plates-formes de téléchargement comme le X-Box Live ou le Playstation Network sont donc des terrains rêvés pour commercialiser des remakes de jeux aussi cultes, et ce à petit prix. Sortie en 2007 pour environ l'équivalent de dix euros, cette réadaptation du jeu originel ne s'en distingue guère. La seule différence notable est une option permettant d'affiner le rendu visuel en atténuant la pixelisation de la version originale. Pour ceux souhaitant jouer dans les conditions réelles du jeu à sa sortie, rassurez-vous : cette option n'est par définition pas obligatoire. Le plus gros intérêt de cette version téléchargeable réside dans son prix. En effet, SotN est de nos jours assez rare, et coute donc un certain prix sur Playstation et Saturn. Cette mouture XBL représente donc une bonne occasion de s'essayer à ce chef d'œuvre, à petit prix... A noter que cette conversion a posé pas mal de soucis à ces messieurs de chez Digital Eclipse. En effet, la taille des jeux disponibles sur XBL était à l'époque limitée à cinquante méga-octets, obligeant les développeurs à retirer certaines séquences vidéos du jeu pour rentrer dans les clous. Des concessions ont également été faites sur la bande son qui ne contient pas toutes les musiques de l'original. Cela n'est cependant pas valable pour la version Japonaise, qui comprend l'intégralité du contenu originel... On aurait peut être cependant apprécié quelques bonus supplémentaires comme par exemple un mode coopératif. Dommage...

image du jeu video castlevania symphony of the night sur microsoft xbox live arcade image du jeu video castlevania symphony of the night sur microsoft xbox live arcade



Titre Japonais : Akumajou Dracula X Chronicle
Titre Occidental : Castlevania : The Dracula X Chronicles

Place dans la chronologie : 1792/1797
Date de sortie Japonaise : 08-11-2007
Date de sortie Américaine : 23-10-2007
Date de sortie Européenne : 14-02-2008
Plate-Forme : Sony Playstation Portable

image du jeu video castlevania the dracula x chronicles sur sony playstation portable psp image du jeu video castlevania the dracula x chronicles sur sony playstation portable psp

Après deux épisodes sur Playstation 2, Konami revient faire un tour dans la ludothèque Sony, et découvre une toute nouvelle plate-forme : la PSP. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que les possesseurs de cette dernière sont gâtés avec ce remake de Chi no Rondo. L'intérêt de ce dernier est multiple. Tout d'abord, il permet aux fans ne possédant pas de PC Engine de s'essayer à ce volet marquant de la saga qui n'avait auparavant jamais franchi les frontières du Japon. Ensuite, une fois l'aventure terminée, deux bonus seront à débloquer. D'une part, la version originelle telle qu'elle était sortie sur PC Engine, et d'autre part, la version complète de Symphony of the Night! Le cadeau est pour le moins énorme, puisque pour l'achat d'un seul et même jeu, on se retrouve avec deux aventures différentes qui sont en outre étroitement liées en termes de cohérence scénaristique, SotN se déroulant cinq ans après Chi no Rondo et se présentant comme une suite directe de ce dernier. Ces deux volets ont néanmoins conservé leur doublage Japonais, et SotN s'est vu agrémentée d'une traduction sous forme de sous-titres entièrement remaniée. A noter également que le format 4/3 a été préféré au 16/9 habituellement utilisé sur PSP, créant donc sur les côtés de l'écran des bandes noires pouvant être remplacées par de jolis fonds d'écrans.

Le remake a quant à lui bénéficié d'améliorations graphiques. Les sprites des personnages ont ainsi été refaits, de même que leurs avatars dans les différents menus du jeu. On remarquera également quelques menues modifications dans le level-design, destinées à rendre le tout un poil plus accessible. Les séquences vidéo typées manga de l'époque ont quant à elles laissé la place à des cut-scenes utilisant le moteur du jeu. Enfin, le mode Boss Rush met est désormais jouable à deux, permettant ainsi une association avec un ami pour terrasser les redoutables patrons du jeu. Ce remake a cependant su garder sa maniabilité inchangée, ravissant la plupart des fans de l'époque. Pour les plus irréductibles, pas de quoi rouspéter, la version originelle étant présente... Le soft est donc doté d'une durée de vie énorme : entre les innombrables embranchements de Chi no Rondo, et la présence de SotN, le titre justifie largement la quarantaine d'euros à laquelle il était mis en vente à l'époque...

image du jeu video castlevania the dracula x chronicles sur sony playstation portable psp image du jeu video castlevania the dracula x chronicles sur sony playstation portable psp



Titre Japonais : NC
Titre Occidental : Castlevania : Order of Shadows

Place dans la chronologie : 1600?
Date de sortie Japonaise : NC
Date de sortie Américaine : 18-09-2007
Date de sortie Européenne : NC
Plate-Forme : Téléphones portables

image du jeu video castlevania order of shadows sur telephone portable

Avec le boom des téléphones portables ces dix dernières années, il fallait bien que Konami s'adapte en proposant un épisode de sa célèbre saga sur cette plate-forme vidéoludique squattant de nos jours toutes les poches. C'est chose faite (du moins aux États Unis) en 2007 avec un titre développé par Upstart Games, également connus pour avoir réalisé le portage du premier volet de la saga sur ce même support. Pour l'occasion, le soft met en scène Desmond Belmont qui va devoir, une fois encore, débarrasser la Terre de la menace constituée par Dracula (aidé en cela par ses sœurs Zoe et Dolores). En effet, une congrégation originalement baptisée « l'ordre » s'est mis en tête de ressusciter une fois encore le prince des ténèbres, et c'est à vous qu'incombe la lourde tâche de l'en empêcher. Ce chapitre n'est pas insérable dans la chronologie officielle de la saga, et est donc considérée par Konami comme un épisode « gaiden » (comprenez par là hors série).

Développé exclusivement pour les téléphones portables, OoS emprunte beaucoup à la maniabilité des premiers épisodes tout en y adjoignant des éléments tirés de volets plus contemporains (avec notamment la gestion de l'expérience permettant au personnage d'atteindre jusqu'à dix niveaux). Les déplacements sont ainsi assurés par la « croix » de navigation du téléphone, tandis que la touche OK est dévolue aux attaques. Au fil du temps, Desmond gagnera de nouveaux mouvements (en battant les boss) comme le double saut, lui permettant d'accéder à de nouveaux lieux, ou bien le « tacle ». Malheureusement, le héros est terriblement lourd dans ses déplacements, ce qui rendra la tâche pour le moins ardue, d'autant que le maniement via cette croix est très loin d'être aisé. Un Castlevania est un jeu qui demande de gros réflexes ainsi qu'une précision sans faille, et qui doit donc par conséquent être joué à deux mains, un pad à la main!

Le gameplay propose cependant une subtilité intéressante avec la présence d'artefacts pouvant être utilisés de manière offensive, ou bien sur vous même pour booster vos stats pendant un temps limité. Cette caractéristique est cependant sous exploitée, et compte tenu de la faiblesse des attaques déclenchées via ces parchemins, on préférera en rester au bon vieux fouet... Ce dernier pourra d'ailleurs être upgradé deux fois pour finalement devenir le Vampire Killer. A noter que Desmond dispose également d'un certain nombre d'armes secondaires (au nombre d'une dizaine) ainsi que d'items divers et variés afin de l'aider dans sa quête. Visuellement, le tout est plutôt réussi avec des effets visuels impressionnants compte tenu de la plate-forme utilisée. La bande son est elle aussi de bonne facture, sachant que terminer le jeu une fois débloquera les musiques de l'épisode originel ainsi qu'un mode hard. Un bon moyen de prolonger l'aventure, pour cet épisode relativement réussi malgré une maniabilité handicapante...

image du jeu video castlevania order of shadows sur telephone portable image du jeu video castlevania order of shadows sur telephone portable



Titre Japonais : ???
Titre Occidental : Castlevania : Aria of Sorrow

Place dans la chronologie : 2035
Date de sortie Japonaise : ??-?-????
Date de sortie Américaine : ??-??-????
Date de sortie Européenne : ??-??-2008
Plate-Forme : Téléphones Portables

image du jeu video castlevania aria of sorrow sur telephone portable

Cinq ans après une sortie remarquée sur Game Boy Advance, Aria of Sorrow nous revient dans un portage réalisé pour téléphones portables. Le soft est cependant assez fidèle à la version d'origine, un exploit notable compte tenu des capacités moindre offertes par un téléphone. Le joueur dirige donc Soma dans un château labyrinthique, avec une notion de relative liberté dans les déplacements qui a été admirablement retranscrite. De nouvelles aptitudes, acquises ça et là, permettront de débloquer de nouvelles parties du château auparavant inaccessibles. Techniquement moyen, le soft a cependant quelques effets sympathiques. Il est néanmoins regrettable que des temps de chargement viennent quelque peu entraver la progression, à fortiori quand ces derniers surviennent au beau milieu d'un saut ce qui ne manquera pas d'occasionner des chutes à répétition. Finalement, une conversion plutôt réussie, mais qui n'aura d'intérêt que pour le joueur ne possédant pas de GBA et souhaitant jouer à sa saga préférée dans le bus. Les autres lui préféreront de véritables épisodes, non handicapés par les défauts inhérents à une version portable...

image du jeu video castlevania aria of sorrow sur telephone portable image du jeu video castlevania aria of sorrow sur telephone portable



Titre Japonais : ???
Titre Occidental : Soul of Darkness

Place dans la chronologie : ???
Date de sortie Japonaise : ??-??-????
Date de sortie Américaine : ??-??-2008
Date de sortie Européenne : ??-??-2008
Plate-Forme : Téléphones Portables

image du jeu video castlevania soul of darkness sur telephone portable

Dans la lignée des jeux de la saga déjà sortis sur téléphones mobiles, Soul of Darkness met en scène un héros du nom de Kale, qui doit sauver sa bien aimée des griffes d'un vampire nommé Ritter. Pour scénariser quelque peu le tout, chaque niveau est précédé d'une courte séquence de dialogues visant à replacer l'action dans son contexte. Les déplacements sont assurés par la croix directionnelle du téléphone, tandis que les touches 0, 5 et 9 sont respectivement dévolues à la magie, l'attaque physique ou au changement d'arme. Il conviendra de switcher entre les différentes armes (épée et lance) régulièrement, ces dernières n'étant pas toujours efficaces contre tous les types d'adversaires. La combinaison entre la magie et les armes est également au centre des débats, et permettra parfois de réaliser des miracles. A titre d'exemple, il sera possible d'émettre des rayons de soleil via l'épée, ou bien de créer des duplicatas en glace de la lance afin d'utiliser ces derniers comme marches pour atteindre de nouvelles zones. D'ailleurs, les passages secrets sont légion et permettent d'obtenir moult bonus susceptibles de booster les caractéristiques du personnage (armes et santé). Il est cependant regrettable que les possibilités soient aussi limitées, puisque seules deux magies et deux armes viendront remplir votre escarcelle. Dommage de ne pas avoir mieux exploité le concept... Visuellement, le soft est plutôt réussi et contient moult détails, tant dans les personnages que dans les décors. Le bestiaire est lui aussi dans la veine de ce que l'on peut s'attendre à voir dans un Castlevania, puisque zombies, vampires et loups-garou se côtoient joyeusement pour s'opposer au joueur. La durée de vie peut s'estimer à deux ou trois heures, durant lesquelles le joueur devra traverser forêts glauques, châteaux inquiétants et autres grottes tout aussi peu avenantes, pour un total d'une dizaine de niveaux... Soul of Darkness peut donc être considéré comme un bon jeu d'action/plates-formes...


Titre Japonais : Akumajou Dracula : Ubawareta Kokuin
Titre Occidental : Castlevania : Order of Ecclesia

Place dans la chronologie : 1900
Date de sortie Japonaise : 23-10-2008
Date de sortie Américaine : 21-10-2008
Date de sortie Européenne : 06-02-2009
Plate-Forme : Nintendo DS

image du jeu video castlevania order of ecclesia sur nintendo ds image du jeu video castlevania sur nintendo ds

Troisième et dernier épisode en date à être sorti sur DS, Order of Ecclesia se distingue de ses prédécesseurs sous bien des aspects. Tout d'abord, la première partie de l'histoire occulte totalement les Belmont et Dracula, puisque mettant l'héroïne aux prises avec l'un de ses comparses, dans le but de libérer des villageois enlevés par ce dernier. Au beau milieu du jeu, un énorme rebondissement va cependant propulser le joueur dans le château de Dracula, et ainsi rejoindre le principe de jeu maintes et maintes fois éprouvé dans les précédents volets. Deuxièmement, Order of Ecclesia marque l'abandon des armes physiques, remplacées par les Glyphes. Ces artefacts devront être récupérés de plusieurs manières. Il sera ainsi possible de les ramasser dans les niveaux en activant les statues prévues à cet effet, de les voler aux monstres pendant que ces derniers les utilisent contre vous... Une fois ces glyphes acquis, ils pourront être équipés sur Shanoa à raison de trois simultanément, chacun étant associé à une touche bien particulière et pouvant donc être utilisé très rapidement en combat sans aucun passage dans le menu. Une combinaison judicieuse (car oui, les différents glyphes ont des affinités plus ou moins marquées entre eux) des glyphes permet en outre de déclencher des attaques plus dévastatrices encore, ou tout simplement d'exploiter le point faible d'un boss coriace. L'utilisation alternée des deux glyphes offensifs en suivant un timing précis permettra quant à elle de déclencher des combos. Attention néanmoins, car l'utilisation d'un glyphe empiétera sur la jauge de magie.

Cette dernière n'est cependant pas soumise aux codes habituellement observés dans les jeux vidéo, et s'apparente ici plus à une jauge de fatigue. A chaque attaque, elle baissera légèrement et Shanoa devra cesser d'attaquer pendant un petit moment pour la voir se remplir à nouveau. Les cœurs, toujours présents, régissent ici l'utilisation des attaques combinées déclenchables par des combinaisons de glyphes précises. A titre d'exemple, équiper un glyphe de glace et une épée permettra de déclencher via une pression longue sur la touche haut (pour charger l'attaque), suivie d'un appui sur le bouton X ou Y, un dévastateur coup d'épée glacée. A utiliser avec modération néanmoins, puisque casser du candélabre ne permettra en aucun cas de remplir cette jauge, la seule manière d'y parvenir étant d'aller se recharger dans un endroit bien précis et unique du jeu. Le troisième emplacement est dévolu aux glyphes de soutien, pouvant par exemple permettre à Shanoa d'utiliser la force électromagnétique pour s'accrocher à des bouts de métal, et d'ainsi atteindre des endroits autrement inaccessibles. A noter qu'il est possible de définir trois configuration différentes de glyphes, et de switcher entre ces dernières in-game (sans passer par le menu) d'une simple pression sur la touche A accompagnée des gâchettes L et R. Un bon moyen de varier son style de combat en fonction de la situation rencontrée, sans pour autant nuire au dynamisme du jeu. La durée de vie déjà conséquente est clairement boostée par le but ultime de collecter tous les glyphes du jeu, qui poussera le joueur à ne pas lâcher sa DS, au même titre que les bonus débloqués une fois le jeu fini une première fois. On appréciera également la magnifique réalisation, portée par l'énorme charisme de Shanoa. De même, mention spéciale à l'envoutante séquence introductive, mettant en scène un thème musical tout simplement splendide.

image du jeu video castlevania order of ecclesia sur nintendo ds image du jeu video castlevania order of ecclesia sur nintendo ds



Titre Japonais : Akumajou Dracula Judgment
Titre Occidental : Castlevania Judgment

Place dans la chronologie : NC
Date de sortie Japonaise : 15-01-2009
Date de sortie Américaine : 18-11-2008
Date de sortie Européenne : 20-03-2009
Plate-Forme : Nintendo WII

image du jeu video castlevania judgment sur nintendo wii image du jeu video castlevania judgment sur nintendo wii

Castlevania Judgment pourrait être considéré comme le vilain petit canard de la famille, puisqu'étant une énorme source de frustration pour les propriétaires d'une WII qui attendaient avec impatience le retour de la saga sur une console de salon Nintendo. C'est donc avec un enthousiasme non feint qu'ils découvraient ce nouvel épisode qui s'avérera finalement être un...jeu de baston! Si l'idée de réaliser un cross over réunissant la plupart des héros présents dans les précédents épisodes était louable, le résultat est clairement loin d'être à la hauteur. Le gameplay, tout d'abord, n'est clairement pas à la hauteur d'un Soulcalibur. L'utilisation du couple Wiimote/Nunchuck laissera rapidement la place à un pad traditionnel, permettant de jouer dans de meilleures conditions. Outre les coups de base, des attaques spéciales s'invitent à la fête, déclenchables via des combinaisons de touches simplistes (un peu à la manière d'un Budokai). Ces attaques spéciales peuvent s'insérer dans des combos mettant en scène des attaques normales, ou bien d'autres spéciales. S'y ajoute un système de contre permettant de parer une attaque adverse pour ensuite contre-attaquer via un coup imparable. Enfin, les hyper consistent en des attaques surpuissantes différentes selon le personnage choisi, déclenchables pour peu que la jauge correspondante soit totalement remplie. Le jeu se rapproche également d'un Power Stone, par la relative liberté de déplacement qu'il offre et la possibilité de collecter items ou armes secondaires tout en influant sur le décor.

Le tout manque hélas cruellement de punch et devient très vite répétitif, la faute à un nombre de coups trop restreint. Pour ne rien arranger, le casting ne se compose que d'une quinzaine de combattants, dont certains pâtissent d'une flagrante faiblesse par rapport à d'autres. Le joueur avisé aura ainsi tôt fait de restreindre son choix à deux ou trois protagonistes. Sur le plan visuel, le jeu se repose sur un chara-design assez inspiré, qui ne suffit pas à cacher la faiblesse des arènes en termes de textures. Les modes de jeu, assez nombreux, auraient pu représenter un grand intérêt si toutefois le soft avait été agréable à jouer. Ainsi, outre le mode Histoire, on retrouvera un mode Castle soporifique mettant en scène une pseudo exploration du château de Dracula, un Survival, Versus (en local ou sur le net), et training. Détail assez fun : un certain nombre d'accessoires seront déblocables pour customiser l'apparence des personnages. Pour terminer avec les (nombreux) points noirs du soft, le scénario sans queue ni tête ne sera clairement pas une raison suffisante pour continuer l'aventure...

image du jeu video castlevania judgment sur nintendo wii image du jeu video castlevania judgment sur nintendo wii



Titre Japonais : Akumajou Dracula : The Arcade
Titre Occidental : NC

Place dans la chronologie : NC
Date de sortie Japonaise : ??-02-2009
Date de sortie Américaine : NC
Date de sortie Européenne : NC
Plate-Forme : Arcade

image du jeu video castlevania the arcade

Que voilà un jeu inconnu et particulièrement original! Sorti en 2009 uniquement dans les salles obscures Japonaises, ce titre n'est autre qu'un rail-shooter revu à la sauce Castlevania, le tout dans un environnement clos. La borne se présente ainsi comme un espace fermé dans lequel le joueur est isolé de l'extérieur par des rideaux gothiques au possible. L'intérieur de la zone de jeu met également l'accent sur l'ambiance, puisque se composant d'un sol imitant celui du château de Dracula et d'une foule d'éléments contribuant de manière tangible à l'ambiance. Le joueur (ou les joueurs, l'aventure étant jouable à deux en coopératif) dispose d'un contrôleur en forme de manche de fouet, doté de deux boutons. Le premier, placé sous l'index, est dévolu à l'utilisation des armes secondaires si chères à la saga, une fois l'adversaire visé au moyen du manche. Bien entendu, l'utilisation de ces armes consomme des cœurs, limités en nombre. Ces derniers sont trouvables en cassant des candélabres. Attention cependant, car détruire ces derniers plongera la zone dans l'obscurité, un réel plus pour l'ambiance... Le second, se trouvant sous le pouce, sert quant à lui à utiliser divers items. Enfin, le manche de fouet lui même peut être bougé à la manière d'une Wiimote afin de déclencher l'attaque principale du personnage. La précision de ce contrôleur pour le moins original est assurée par un calibrage ayant lieu au début de la partie.

Le joueur peut choisir son personnage en début de partie, parmi les trois disponibles. Bien entendu, chacun est doté d'attaques spécifiques. Ainsi, le « Vampire Hunter » utilise son fouet et des armes secondaires classiques (en l'occurrence les poignards, la lance, l'eau bénite et les croix) tandis que la « Lady Gunner » a à sa disposition des atouts plus classiques consistant en l'utilisation d'un flingue (les armes secondaires étant matérialisées par différentes munitions se distinguant des balles de base). Enfin, la « Little Witch » fait la part belle à la magie, puisqu'elle utilise un livre de sorts en tant qu'atout principal, avec en prime des sorts de glace, feu et tonnerre en guise d'armes secondaires (sorts qui peuvent être chargés pour une plus grande efficacité). A noter que ce dernier personnage nécessite, pour être débloqué, de terminer l'aventure avec l'un de ses deux comparses. Une fois cet exploit réalisé, et le jeu fini avec le nouveau protagoniste, un nouveau mode de jeu bonus sera offert au joueur... Le soft met en scène quatre stages, gardés par un total de neuf boss parmi lesquels les inévitables Dracula et Death. En termes d'aspect visuel, cette borne appartient clairement à la next gen puisque les graphismes sont équivalents à ceux d'une X-Box 360 ou d'une Playstation 3. Nul doute qu'un tel engin remplira à merveille son office, à savoir délester les joueurs de leurs piécettes de monnaie superflues...

image du jeu video castlevania the arcade image du jeu video castlevania the arcade



Titre Japonais : Dracula Densetsu ReBirth
Titre Occidental : Castlevania The Adventure Rebirth

Place dans la chronologie : 1576
Date de sortie Japonaise : 27-10-2009
Date de sortie Américaine : 28-12-2009
Date de sortie Européenne : 26-02-2010
Plate-Forme : Virtual Console WII

image du jeu video castlevania the adventure rebirth sur nintendo wii wiiware

Ce jeu sorti en exclusivité sur la console virtuelle de la WII, n'est autre que le remake du titre Game Boy commercialisé en 1989. Un souvenir douloureux pour bon nombre de joueurs, qui devrait en partie être effacé avec ce nouvel opus d'excellente facture qui n'a plus grand chose à voir avec le jeu l'ayant inspiré. Le gameplay est le plus représentatif de cette prise de distance, pour notre plus grand bonheur. Celui ce présente comme étant classique, inspiré des premiers volets de la saga. Le joueur dirige donc Christopher Belmont via la croix directionnelle, cette dernière étant complétée par deux touches d'action (saut et attaque). A propos des déplacements, le tout est mille fois plus rapide et fait donc place à plus de souplesse que dans l'opus GB, dans lequel Christopher était comparable à une brique en termes de rapidité d'exécution. Par ailleurs, les cordes qui avaient remplacé les escaliers ont de nouveau disparu au profit de classiques marches. Il est également possible désormais d'influer sur la trajectoire des sauts une fois ceux-ci déclenchés, principe initié pour la première fois dans Castlevania III qui devrait éviter au joueur moult game over. Le fouet, faisant office d'attaque principale, peut être upgradé deux fois (par le ramassage de power-up) pour devenir plus puissant mais le joueur ne perd désormais plus le bénéfice de ces power-up au moindre contact avec un adversaire. Enfin, Christopher peut désormais utiliser des armes secondaires, possibilité absente de la version GB, en puisant dans sa réserve de cœurs bien entendu.

Le gameplay, largement revisité, n'est cependant pas le seul à avoir fait l'objet d'un tel remaniement. Ainsi, les graphismes ont été entièrement refaits, pour un niveau et une identité visuelle comparables à un volet Super Nintendo. Le bestiaire a d'ailleurs lui aussi évolué, pour ne conserver que quelques uns des ennemis présents dans le jeu GB. La bande son fait quant à elle office de compilation des meilleurs thèmes de la saga, pour le plus grand bonheur des nostalgiques. Enfin, ce remake contient un total de six niveaux linéaires (pas d'aspect exploration ici), certains étant dotés d'embranchements à l'instar de Chi no Rondo sur PC Engine, pour une durée de vie somme toute assez correcte. Attention néanmoins car pour emprunter ces passages, il sera nécessaire de collecter une clé qui prendra la place d'une arme secondaire dans l'inventaire. Le défi consistera donc à terminer le niveau cette clé en poche, sans utiliser la moindre arme secondaire et surtout sans se faire tuer... La difficulté est en outre paramétrable ce qui, allié à la présence de checkpoints, rend le jeu accessible à (presque) n'importe quel joueur.

image du jeu video castlevania the adventure rebirth sur nintendo wii wiiware image du jeu video castlevania the adventure rebirth sur nintendo wii wiiware



Titre Japonais : Soul of Darkness
Titre Occidental : Soul of Darkness

Place dans la chronologie : ???
Date de sortie Japonaise : 18-08-2010
Date de sortie Américaine : 5-07-2010
Date de sortie Européenne : 16-07-2010
Plate-Forme : Nintendo Dsi Ware

image du jeu video castlevania soul of darkness sur nintendo dsi dsiware

Deux ans après sa première sortie sur Téléphones portables, Soul of Darkness débarque sur Nintendo DS, et plus particulièrement sur la plate-forme de téléchargement de cette dernière. Si le concept est foncièrement le même, tant au niveau de la maniabilité que du scénario, quelques nouveautés font néanmoins leur apparition. Tout d'abord, la palette de couleurs est nettement plus conséquente sur cette nouvelle version, le support utilisé étant nettement plus à même d'offrir un rendu de qualité. Ensuite, la maniabilité a gagné en souplesse. En effet, même si ses fondements restent identiques, une DS est clairement plus pratique à manier qu'un clavier de téléphone, rendant l'expérience de jeu plus intuitive et agréable. S'y ajoute également la possibilité de se transformer en différentes créatures, passage obligatoire pour espérer progresser dans l'aventure. On aurait cependant apprécié une meilleure exploitation des spécificités de la plate-forme, comme par exemple une utilisation du stylet qui reste ici désespérément absente. Le soft pâtit également des mêmes problèmes que la version d'origine, à savoir un challenge quelque peu limité et par voie de conséquence une durée de vie n'excédant pas les quatre heures. Dommage de n'avoir pas fait preuve de plus d'ambition pour cette version DSI, à laquelle on pardonnera moins aisément ses problèmes qu'à la mouture originelle sur téléphones portables...

image du jeu video castlevania soul of darkness sur nintendo dsi dsiware image du jeu video castlevania soul of darkness sur nintendo dsi dsiware



Titre Japonais : ???
Titre Occidental : Castlevania Puzzle : Encore of the Night

Place dans la chronologie : NC
Date de sortie Japonaise : ??-??-2010
Date de sortie Américaine : 21-07-2010
Date de sortie Européenne : ??-??-2010
Plate-Forme : Apple iPhone

image du jeu video castlevania puzzle encore of the night sur apple iphone

Compte tenu du titre de ce jeu, difficile de ne pas présumer d'une forte corrélation avec Symphony of the Night. Gagné, Encore of the Night est un remake de ce dernier sorti en 2010 sur iPhone. La principale différence réside dans le système de combat, qui prend ici des allures de Puzzle-Game. L'écran de jeu prend donc la forme d'un tableaux ressemblant fortement à une partie de Super Puzzle Fighter II Turbo. La surface est divisée en deux, chaque moitié étant dévolue à l'un des deux adversaires. Le but est de faire correspondre au moins trois gemmes de même couleur afin de les faire non seulement disparaître de son écran, mais également apparaître sur celui de l'adversaire. Bien entendu, réaliser des combos successifs enverra beaucoup plus de blocs sur l'écran de l'adversaire, précipitant la victoire. A noter également la présence de blocs ne pouvant être détruits avant d'être activés. Pour y parvenir, il faudra réaliser une combinaison sur l'un des blocs adjacents.

Le maniement se fait bien évidemment par le biais des fonctionnalités tactiles de l'iPhone, ce qui pourra rapidement être frustrant. En effet, il sera facile de commettre quelques approximations dans le placement des gemmes, qui ne manqueront pas de provoquer des défaites en pagaille. A cet aspect puzzle, s'ajoute une dimension RPG héritée de SotN. A chaque ennemi tué, Alucard gagne donc de l'expérience, cette dernière pouvant le faire augmenter de niveau et ainsi booster ses statistiques. Ces caractéristiques rendront alors les combats de plus en plus faciles dans le mode puzzle, même si l'influence de cette composante RPG est au final assez limitée, au même titre que l'équipement plutôt anecdotique. Finalement, la progression est assez hachée, ou en tout cas bien loin du dynamisme de SotN. Ce mélange des genres, mêlant un Puzzle Fighter like à une indéniable dimension RPG a cependant le mérite d'être originale, même si le tout pourra rapidement devenir très répétitif... Il est en outre dommage de ne pas y avoir adjoint un mode multijoueurs pour y remédier.

image du jeu video castlevania puzzle encore of the night sur apple iphone image du jeu video castlevania puzzle encore of the night sur apple iphone



Titre Japonais : NC
Titre Occidental : Castlevania : Harmony of Despair

Place dans la chronologie : NC
Date de sortie Japonaise : NC
Date de sortie Américaine : 04-08-2010
Date de sortie Européenne : 04-08-2010
Plate-Forme : Microsoft X-Box Live Arcade

image du jeu video castlevania harmony of despair sur microsoft xbox live arcade

Développé en marge de la saga « classique », Harmony of Despair met en scène un principe accrocheur et original. Clairement orienté multijoueurs, ce nouvel opus propose en effet à six joueurs de jouer en coopératif via le mode online, et d'ainsi se retrouver dans la même aire de jeu pour accomplir un objectif commun, à savoir aller dézinguer le boss pour passer au niveau suivant (six au total), et ce dans un temps limité. Le bestiaire est d'ailleurs un melting-pot des épisodes bien connus des fans de la saga, et ces derniers ne seront ainsi pas déstabilisés par les adversaires rencontrés. Chaque joueur a le choix entre une demi-douzaine de personnages distincts, chacun étant doté de caractéristiques lui étant propres. Ici aussi, le casting a de quoi faire saliver, puisque l'on retrouvera Shanoa, Soma Cruz, Charlotte Aulin et Jonathan Morris. La complémentarité entre ces différents acteurs est très marquée, obligeant les joueurs à une coopération de tous les instants. Cela est également valable pour la progression, puisqu'il n'est pas rare que deux personnages doivent s'allier pour actionner un mécanisme. A noter qu'il sera cependant possible de jouer en solo, même si le jeu n'a clairement pas été conçu pour cela, rendant l'aventure en solitaire quasi-insurmontable. Sachez néanmoins que la résistance des ennemis augmentera en fonction du nombre de joueurs connectés. Concrètement, plus vous êtes nombreux, plus les adversaires sont coriaces!

Concernant le système de jeu, chaque protagoniste est doté d'un style de combat en accord avec le jeu dont il est issu. Ainsi, Soma Cruz utilise l'absorption des âmes adverses pour les utiliser offensivement ou défensivement, Shanoa a recours aux Glyphes (et bénéficie d'une plus grande liberté de mouvement grâce à ces derniers), Jonathan utilise le Vampire Killer en combinaison avec diverses armes secondaires, Alucard se sert de parchemins pour déclencher des sorts magiques appuyant ses attaques physiques armées, et Charlotte convertit les sorts utilisées contre elle en atouts réutilisables à tout moment. Ici, la notion d'expérience et d'augmentation de niveaux a disparu. Les seules augmentations de capacités se feront via la collecte d'items. A noter que le joueur occis par les créatures de l'ombre, alors transformé en squelette, pourra être ramené à la vie par ses coéquipiers via l'utilisation d'un élixir. D'un point de vue visuel, le design est clairement old school avec une pixelisation parfois excessive mais totalement assumée. Les trois vues disponibles (rapprochée pour le combat, éloignée pour savoir ce qui nous attend au détour d'un couloir, ou globale pour visionner l'intégralité de la carte et donc retrouver ses coéquipiers) ont toutes leur utilité et il est appréciable de pouvoir switcher entre elles à volonté. Un jeu offrant une expérience inédite donc, mais qui pourra cependant lasser sur le long terme, la faute à une durée de vie limitée (surtout pour quinze euros) et à la totale absence de scénario.

image du jeu video castlevania harmony of despair sur microsoft xbox live arcade image du jeu video castlevania harmony of despair sur microsoft xbox live arcade



Titre Japonais : Castlevania : Lords of Shadow
Titre Occidental : Castlevania : Lords of Shadow

Place dans la chronologie : ???
Date de sortie Japonaise : 16-12-2010
Date de sortie Américaine : 05-10-2010
Date de sortie Européenne : 08-10-2010
Plate-Forme : Microsoft X-Box 360/Sony Playstation 3

image du jeu video castlevania lords of shadow sur microsoft xbox 360 ou sony playstation 3 ps3

Premier Castlevania à sortir sur consoles Next-Gen, ce nouvel épisode développé par Mercury Steam Entertainment a pour ambition de faire oublier les échecs passés dans le domaine du passage à la 3D. En effet, le gameplay est toujours un sujet épineux pour qui tente une telle conversion. Rassurez vous cependant, le soft s'en tire plutôt bien à ce niveau. Basé sur un gameplay solide clairement inspiré de God of War et des autres beat'em all du moment, Lords of Shadows alterne donc combos, projections, contres et phases de QTE à l'instar de ce dernier. Le timing est donc au cœur des débats lors des affrontements, que ce soit au niveau des parades ou des actions contextuelles. Au fil du jeu, le joueur aura la possibilité d'acquérir de nouveau coups (en utilisant l'expérience glanée lors de ses victoires) permettant de rallonger lesdits combos, et d'ainsi gagner en efficacité lors des combats.

Aux attaques physiques (mettant en scène une croix qui peut être utilisée au corps à corps, ou bien à distance par l'intermédiaire d'une chaine), s'ajoute une gestion particulière de la magie. Celle ci se base sur deux jauges distinctes. La première permet, une fois activée, de récupérer de la santé à chaque coup porté. La seconde augmente quant à elle la puissance offensive du personnage. Selon la situation, l'une ou l'autre sera donc plus ou moins adaptée. A noter qu'utiliser ces aides magiques consomme des orbes, qu'il faudra ramasser en dégommant des adversaires sans y avoir recours. Le dernier atout réside dans la présence des inévitables armes secondaires. Là où ce Castlevania innove, c'est dans l'efficacité de ces dernières variable selon le type d'ennemis rencontrés. On en arrivera ainsi rapidement à trouver les points faibles des différents adversaires, pour les exploiter en utilisant une arme bien précise. Autre nouveauté, il est désormais possible de chevaucher certains membres du bestiaire, par exemple dans le but de défoncer un mur obstruant le passage. Une possibilité loin d'être anecdotique, puisqu'elle conditionnera parfois l'avancée dans l'aventure. D'ailleurs, quelques énigmes viendront également vous mettre des bâtons dans les roues et varier un peu les plaisirs entre deux âpres combats...

Visuellement parlant, le soft impressionne clairement par sa mise en scène largement plus cinématographique qu'à l'accoutumée. Le meilleur exemple est sans conteste l'affrontement contre un boss gigantesque, qu'il faudra détruire en touchant ses points vitaux, non sans l'escalader à la manière d'un Shadow of the Colossus. Les occurrences de ces petites variations de gameplay sont nombreuses, permettant ainsi de perpétuelement changer le rythme de progression. Très détaillés, les environnements sont pour la plupart extrêmement réussis (certains frisant même la perfection), même si certaines exceptions aux textures quelque peu grossières viennent ça et là contredire cette affirmation. Le prix à payer prend cependant la forme de quelques ralentissements ça et là, s'accompagnant de bugs de collision épars qui nuiront parfois au plaisir de jeu... Quelques concessions ont également été faites au niveau des caméras, afin d'éviter la présence d'un trop grand nombre de chutes de frame-rate...concessions qui pourront parfois entrainer quelques galères en termes de gameplay, notamment lors des phases de plates-formes. La bande son s'insère elle aussi parfaitement dans cette œuvre, en contribuant d'une manière tangible à l'ambiance générale du soft. Enfin, la durée de vie estimable à une vingtaine d'heures est boostée par le désir du joueur de le terminer à 110%, en débloquant tous les bonus, combos et autres armes. Certes, Lords of Shadow s'inspire énormément de jeux tels que Shadow of the Colossus, God of War III, ou encore Devil May Cry. Mais il le fait bien, pour offrir au joueur une excellente expérience de jeu...

image du jeu video castlevania lords of shadow sur microsoft xbox 360 ou sony playstation 3 ps3 image du jeu video castlevania lords of shadow sur microsoft xbox 360 ou sony playstation 3 ps3



Les fans de la saga qui ne manqueront pas de lire ce dossier ont dû remarquer quelques absences dans ce listing des différents jeux de la franchise, à commencer par la totalité des portages sur la Virtual Console de la WII. La raison en est simple : ces derniers ne proposent absolument rien de nouveau par rapport aux jeux originaux, que ce soit au niveau des graphismes ou du contenu. La seule différence réside dans la possibilité de reprendre sa partie là ou on l'avait laissée, et ce en utilisant l'interface de la console. Consacrer un paragraphe à chacun de des jeux me semblait donc superflu, même si certains d'entre eux représentent un intérêt non négligeable pour les fans par leur accessibilité plus grande que la version d'origine (je pense notamment à Super Castlevania IV, ou encore Chi no Rondo, très difficiles à trouver respectivement sur Super Nintendo et PC Engine). D'autre part, j'ai également omis la plupart des remakes sortis sur téléphones portables, les informations sur ces derniers étant plutôt difficiles à dénicher sur le net. A priori, il existerait un épisode en trois parties reprenant l'aventure du chapitre originel de la saga. Je serais cependant bien incapable de vous en dire plus sur ce dernier, si ce n'est qu'il est sorti au milieu de l'année 2004...


Rappel Sommaire



Partie 1 : La genèse du projet et les influences
Partie 2 : De la fiction à la réalité
Partie 3 : Castlevania fait des émules
Partie 4 : Le concept général/Une trame scénaristique extrêmement riche
Partie 5 : Les différents jeux de la saga : années 80, la genèse
Partie 6 : Les différents jeux de la saga : de 1991 à 1995 : l'avènement du 16 bits
Partie 7 : Les différents jeux de la saga : de 1996 à 2000 : génération 32/64 bits
Partie 8 : Les différents jeux de la saga : de 2001 à 2005 : génération 128 bits
Partie 9 : Les différents jeux de la saga : de 2005 à nos jours : le next-gen
Partie 10 : Les goodies



Article publié le 09/01/2011

Les commentaires pour cet article avant le 23 février 2014



Posté par Manuwaza le 01/09/2011

Un dossier sur une saga aussi culte et grande que Castlevania se devait d'être long ;)

************************************************************


Posté par killer-kill le 31/08/2011

j'ai pas tout lut (trop long pour moi désolé) mais j'ai jouer a un catelvania sur téléphone portable a télécharger,et il étais vraiment génial !!!
je me rappelle que j'allumé le jeux juste pour écouter les musiques des fois,les thèmes étais incroyable aussi bien que sur consoles,et c'étais un vieux téléphone tout ce qu'il y a de plus normal en plus (pas iphone ou tactile)
jeux très beau,long et prenant avec des pur boss.

************************************************************


Posté par Manuwaza le 16/01/2011

Ed : difficile à dire, mais les similitudes sont telles que ces jeux avaient à mon sens plus leur place ici que dans la section "clones" ;)
Slaine : pour SOTN, la version Jap est sortie bien plus tard. Je crois que la limite de taille pour les jeux XBL a été augmentée dans l'intervalle.

************************************************************


Posté par SLAINE le 16/01/2011

Je suis impressionné, je ne connais pas le tiers des jeux présentés, et le jeu arcade m'a l'air fantastique. Par contre je ne comprends pas pourquoi la version jap de l'opus xbox live arcade est complet alors que la version euro est emputé de musique et de séquences ? La limitation de la ram n'était pas présente pour les japonais ???

En tout cas chapeau, et je sens que je vais me prendre l'épisode psp que je ne connaissais pas...

************************************************************


Posté par Ed le 16/01/2011

Oui, cela n'a pas du être évident de trouver des informations sur cette borne d'arcade... dans son dossier Castlevania, Hellcat en parle beaucoup plus succinctement XP.
...
Sinon, ce sont vraiment des Castlevania, ces Soul of Darkness ???

************************************************************


Posté par Gaga le 10/01/2011

Effectivement pas mal de jeux qui je en connaissais pas malgré que je sois grand fan de la série :) Les versions téléphone ont l'air plutot sympas malgré les quelques ratés qu'on a pu connaitre (les final fantasy et kingdom hearts par exemple ne sont pas au top du top je trouve). Mais vraiment cette borne d'arcade m'intrigue, je vais allé faire un tour à l'espace Sega à Paris je pense pour voir si ils ont ca !!

************************************************************


Posté par Manuwaza le 10/01/2011

Merci pour ton commentaire. Je me doutais que cette partie plairait, car c'est elle qui, paradoxalement, contient le plus grand nombre de jeux totalement inconnus. C'est aussi celle sur laquelle j'ai le plus galéré, notamment pour trouver des infos sur les jeux pour téléphones mobiles ou sur le rail shooter dont tu as parlé ;)

************************************************************


Posté par Gaga le 10/01/2011

Une des parties que j'attendais !! Bon nombre des épisodes les plus marquant sont ici pour moi (hormis Super Castlevania et SOTN). J'ai énormément aprécié les versions DS là ou les jeux GBA m'ont un peu rebuté. Les trois sont particulèrement bon surtout Order of Eclesia qui possède une ambiance et des graphismes somptueux, le meilleur de sa génération je trouve !! Et puis ca fait du bien de ne pas passer tous le jeu que dans le chateau. Après le jeu Wii, malgré ses faiblesses, me plais beaucoup aussi. Je ne sais pas pourquoi mais j'accroche, c'est pas dément mais une petite partie de temps en temps ne me dérange pas. Par contre le version Rail shooter doit etre énorme !! je suis très fan de ce genre de jeu, il faut que j'y joue !!! Pourquoi pas l'adapter sur Wii ?? Bravo pour ce dossier d'enfer mouhahahaha !!

************************************************************