lien vers facebook lien vers twitter lien vers youtube lien vers dailymotion lien vers le forum d'Oldies Rising lien vers mail
400 Bad Request Recherche Avancée

[Rétrovalue]3D Dot Game Heroes


Du Pixel comme s'il en pleuvait!


image d'illustration du dossier: 3D Dot Game Heroes, Du Pixel comme s'il en pleuvait!

Un article de Jsdef

L’histoire commence fin Juin 2010. Venant de finir la flopée d’examens de fin d’année et voulant souffler le temps des deux mois de vacances qui m’attendaient, j’allai dans une de ces enseignes aux quatre lettres majuscules violacées dans le but de trouver un soft sur lequel me détendre. N’ayant aucune idée précise de ce que je recherchais et devant cet amoncellement de jeux courts et sans âme, tous très connus et aux jaquettes photo réalistes se ressemblant toutes, j’allais commettre une grosse erreur : celle d’abandonner mes recherches –comme désabusé- et de repartir de cette enseigne pour la énième fois, bredouille... Demon’s Souls et Red Dead Redemption devaient attendre encore un peu, même s’ils m’attiraient, je n’étais pas venu pour eux. C’est alors qu’en faisant un dernier tour, au fin fond d’un rayon et malgré la tentative de me le cacher, je vis un jeu, et quel jeu! 3D Dot Game Heroes?!?!?! Le titre ne me parlait absolument pas et je ne pense pas avoir vu quelque pub que ce soit à son sujet. Je ne connaissais que l’éditeur (SouthPeak Games) qui avait également commercialisé Velvet Assassin ou Trine une année auparavant. Même s’il m’était totalement inconnu, je savais déjà que l’objet que je tenais là sortait du lot et ne demandait qu’à être découvert. Je me souviens que j’étais pressé de rentrer chez moi afin d'enficher la galette dans ma console. Il faut dire que de nos jours, c’est assez rare! Comme cet article a pour but de vous faire découvrir à vous aussi ce soft signé Silicon Studios, je vais vous passer le passage sur ce que j’ai bu ou mangé en rentrant avant de me plonger dans l’aventure qui m’attendait. Je vous ai déjà assez ennuyé avec ma vie « in GAME » et il est temps de passer aux choses sérieuses! A ce propos, en quoi le soft de Silicon Studios peut-il contenter les joueurs d’aujourd’hui mais aussi et surtout les retrogamers que nous sommes?

400 Bad Request

Un design très osé !


Je ne sais pas vous mais moi (ça y est, il recommence à raconter sa vie…) j’adore les jeux qui prennent des risques. Au beau milieu des titres aux jaquettes qui ont le souci du détail, 3D Dot Game Heroes se munit d’une pochette plus simple et tout en cubique et en pixels! Déjà, dans mon petit cœur de gamer il marque un point rien que pour le fait de se démarquer des autres. Là où l’on pouvait lire habituellement EA, Activision, Ubisoft et j’en passe, moi je voyais Silicon Studios. Un studio que je ne connaissais ni d’Ève ni d’Adam, et même si certains pensent que « pas connu » est forcément synonyme « de bouse infâme en perspective », pour ma part c’est très loin d'être une règle immuable! Enfin, le titre ainsi que le synopsis au dos de la boîte augurent eux-aussi du meilleur… 3D Dot Game Heroes est ainsi doté d'une pochette au design annonçant une pointe d’humour et de fantaisie plutôt plaisante là où certains s’entêtent à vouloir recopier la réalité et son sérieux. Il faut oser s’aventurer en terrain totalement inconnu et de nos jours nous sommes toujours tentés d’aller dégoter deux ou trois informations sur le net tant il est facile de les obtenir. A ce jeu, parfois, le gamer se brûle les ailes et connaîtra même la moitié de l’histoire avant de l’avoir commencée. Cela arrive aussi qu’il connaisse la fin… C’est alors qu’une fois le jeu terminé, vient la déception…l’effet de surprise étant gâché dès le départ! Rien qui ne fasse rêver en somme.

Concernant 3D Dot Game Heroes, les seules informations ayant filtré ici et là sur le net à l’époque de sa sortie concernaient surtout le système de jeu que l’on jugeait très proche de The Legend of Zelda, nous reviendrons sur cela par la suite. Je parle de cubes, de pixels mais n’ayez pas peur ô joueurs modernes, le jeu est bien en 3D et en HD qui plus est! Certes le minimum requis pour la HD -720p-, mais tout de même. Peut être en êtes-vous effrayé, car votre œil de surhomme a déjà passé la barre des 1080p mais osez bon sang! Faites comme ce jeu et osez détruire les barrières de vos habitudes néfastes! Vous verrez que vous ne le regretterez pas! A première vue graphiquement simpliste, on découvre un soft vraiment bien travaillé lorsqu'il est lancé. Si l’aspect peut rappeler un temps révolu du monde vidéoludique, nous sommes face à un jeu qui apporte énormément de fraîcheur à la PS3. Cela peut paraître paradoxal mais c’est exactement ce ressenti que l’on a aux premières minutes pad en main. Je ne garantis pas que 3D Dot Game Heroes va vous en mettre plein la vue, mais au moins qu’y jouer vous procurera un plaisir que vous ne trouverez pas dans la plupart des jeux d’aujourd’hui…et pourtant je parle bien d’un titre de la septième génération! C’est assez rare que je le fasse mais merci SONY pour cette exclusivité Playstation 3, et surtout un grand merci à Silicon Studios pour leur culot et pour avoir pris un tel risque en nous pondant cette merveille.



nginx
Une ode au rétro


Tout dans ce jeu est un véritable hommage au rétro. A commencer par l’histoire qui, loin d’être extrêmement travaillée, n’en est pas moins originale. N’ayez pas peur de lire plus loin vu que ce que je vais vous dire vous sera révélé au tout début de l’histoire. Cela n’est pas du spoiler à proprement parler, mais plutôt de l’information bien placée. On vous expliquera qu’autrefois dans un petit village en 2D nommé Dotnia Kingdom, on vivait en paix grâce à six orbes magiques et à ses six gardiens qui protégeaient le peuple de ce royaume. Seulement, le Roi Noir apparut et captura les six sages (tiens pour une fois, ce ne sont pas des princesses…). Sans leur bienveillante protection, le royaume fut envahi par des monstres en tout genre. C’est alors qu’un jeune chevalier armé d’une épée sacrée apparut pour défaire le Roi Noir, avec l’aide des sages qui fusionnèrent leurs pouvoirs pour l'en faire profiter via une Orbe de Lumière. Armé de cette nouvelle puissance, le chevalier terrassa le maléfique souverain. Il fut alors accueilli en héros, et des contes sur sa bravoure se créèrent. Cela eut pour effet de promouvoir l'image de ce royaume désormais de nouveau en paix. Les touristes du monde entier se rendaient à Dotnia Kingdom. Cependant, il ne fallut pas longtemps pour que cette réalité se convertisse en simple mythe et le royaume se vida peu à peu, perdant de son charme. Afin d’y remédier, le Roi Tezro déclara : « les gens ont perdu l’intérêt pour les mondes en 2D, c’est maintenant l’ère de la 3D ! ». On voit alors à l’écran que le Royaume s’« upgrade » littéralement pour passer à la troisième dimension. C’est alors que, lors du passage à la 3D, L’Orbe du Roi Noir fut dérobé par un certain Fuelle. Notre tâche sera de l’arrêter et qui sait? Peut-être que le mythe du jeune chevalier redeviendra réalité?

Vous en conviendrez, derrière tout cet humour et cette histoire originale se cache une forme de critique. Pourquoi évoquer une créature maléfique qui se libère lors du passage à la 3D? Serait-ce là le démon qui nous retire tout plaisir en nous ôtant toute idée d’imagination et en nous soumettant à la violence du monde réel? La critique ne s’arrête pas là puisque même dans les réactions de certains PNJ on trouvera des phrases marquées d’une pointe de regrets. On nous décrit au passé un monde merveilleux et quelques « c’était mieux avant » se laisseront entendre. Silicon Studios n’est pas dupe, il faut malheureusement savoir vivre avec son temps et les réactions de ces PNJ-là sont rares et ne reflètent pas la politique même du studio. Ce que je veux dire par là, c’est qu’ils ne bassineront pas le joueur avec de telles phrases toutes faites. Elles sont en somme bien intégrées au scénario et même si les joueurs les moins avertis passeront à côté de telles répliques, d’autres y verront comme moi une certaine forme de critique adressée au jeu vidéo moderne. Silicon Studios a tout simplement voulu, probablement, réaliser un soft qui leur rappelait d'anciennes sensations que les titres actuels ont totalement ou partiellement perdues, et c’est très réussi!

L'autre élément qui rend hommage à l’âge d’or vidéoludique est sans doute l’humour et la folie dont il est ici question. Ces deux éléments vont de paire avec le plaisir de jeu. Ce soft de Silicon Studios ne se prend pas au sérieux et l'on tend même parfois vers de l’auto-dérision. Je vous laisserai le soin de parcourir le jeu et d’essayer de débloquer le maximum d’items et d’armes possible pour découvrir ce à quoi je fais allusion, mais si les épées traditionnelles ne vous plaisent pas alors pourquoi ne pas utiliser une batte de base-ball ou même un poisson? Après quelques heures à parcourir cet univers, vous débloquerez sans aucun doute la plus grosse et la plus puissante épée jamais vue dans un jeu de ce genre. Je ne mettrai aucune image de cette dernière pour accompagner cette Retro Value, vous laissant ainsi le plaisir de découvrir que tout est possible dans un jeu vidéo…du moins dans un jeu qui ose et qui veut faire plaisir aux joueurs! C’est de cette pointe de folie dont nous avons besoin pour effacer une dure journée et oublier les soucis de la vie quotidienne.

Et enfin, que dire de la bande son? Pour avoir parcouru le jeu de fond en comble et avoir écouté tous ses thèmes musicaux, je peux vous garantir que la 8 et la 16 bits sont à l’honneur avec un « title theme » (musique de l’écran principal) proche de celui des premiers Final Fantasy. S’ajoutent par la suite divers OST propres aux jeux d’aventure sur les consoles d’antan. Ainsi serez-vous bercé par le Legendary Hero’s Theme ou le Raejack Village’s Theme qui vous rappelleront sans aucun doute la licence The Legend of Zelda. Toutes ces références sont totalement assumées, et concernant le bébé des japonais Shigeru Miyamoto et Takashi Tezuka, elles ne s’arrêtent pas là…


Du The Legend of Zelda en veux-tu ? En voilà !

Si vous n’aimez pas le gameplay des Zelda, ça n’est pas une raison pour arrêter votre lecture ici et pour ne pas vous essayer au titre de Silicon Studios. Vous feriez une boulette que vous ne pourriez pas récupérer par la suite au vu de la rareté des copies du jeu encore disponibles (je pense d’ailleurs qu’il faudra se résoudre à acheter sur Internet…). Moi-même, pourtant pas très fan de l’elfe vert, j’ai pu apprécier chaque moment sur 3D Dot Game Heroes. Mais quoiqu’il en soit, attendez-vous à une interface très similaire et un système de jeu largement inspiré par le titre de Nintendo. Vous aurez donc droit à la récolte de quarts de cœur pour remplir votre barre d’énergie. Les fées et les flacons vides seront également de la partie, et enfin la progression se fera sur un modèle de donjon dans lequel vous récupérerez un item qui vous aidera pour la prochaine forteresse. Et devinez quoi? Les cartes de donjons, les boussoles pour afficher les trésors présents dans ceux-ci, ainsi que les énigmes laissant entendre une petite musique mémorable une fois résolues seront elles-aussi présentes. Vous ne serez pas dépaysé donc. Pour couronner le tout, les fanas des sonorités douces pourront se laisser enivrer par l’OST « Opening » qui compte parmi sa brochette d’instruments, l’ocarina… Comment faire plus clair comme hommage? Attention à ne pas mal interpréter mes propos cela dit, nous ne sommes pas face à du Zelda « bis » ou à une pâle copie de ce dernier. 3D Dot Game Heroes s’offre le luxe d’avoir sa propre âme malgré toutes les références qu'il contient. Son humour omniprésent et son intelligence en feront un des titres inoubliables de cette septième génération. Il est l’un des très rares jeux à réconcilier le joueur avec cette sensation que nous avons tendance à oublier dernièrement, cette satisfaction d’avoir un pad en main : le plaisir de jouer.


Quand l’imagination n’a pas de limite

Un aspect très intéressant du jeu se dévoile aux toutes premières secondes, dès que l’on a la possibilité de choisir son héros. Puisque oui, Silicon Studios ne veut pas que le joueur contrôle un avatar imposé avec une histoire qui lui est propre mais plutôt que le héros se confonde totalement avec le joueur. Derrière cette idée qui aujourd’hui peut paraître farfelue et désuète et n’est à la mode que pour justifier que l’on tape sur le jeu vidéo lorsque des crimes contre l’humanité sont commis, se cache en effet un système très intéressant laissant cours à l’imagination du joueur. On ne subit pas le jeu, on le vit! J’en viens donc à un mode éditeur très apprécié de la communauté. A la sélection du personnage principal, qui sera le nôtre donc, nous avons le choix entre des chevaliers, des ninjas, des princesses, et, plus loufoques encore, des dragons. Vous trouverez dans ce roster de base tous les ingrédients principaux du jeu d’aventure.

Si l’on ne veut d’aucun de ces modèles prédéfinis et que l’humeur est plutôt à la création, il reste possible de switcher sur le mode « Editor » (tout le jeu est en anglais mais un anglais très basique rassurez-vous). A partir de ce dernier, on peut créer cube par cube notre futur héros. Autant vous dire que l'opération prend un certain temps. De là, on peut choisir de ne contrôler que quelques simples cube, ou bien une bestiole qui prend tout le cadre de création. Depuis Minecraft, le « pixel art » s’est popularisé et il n’en fallut pas plus pour que 3D Dot Game Heroes ne se munisse d’une communauté de créateurs plutôt doués. Leurs créations vont de l’inévitable Link à des personnages de l’univers des Mario, des Kirby, des Metroid, des Megaman, des Metal Gear Solid, des Final Fantasy et autre jeux en tout genre. Certaines créations restent très impressionnantes comme celle de Sonic qui lors d’une attaque se transforme en boule, ou le Omega du remake du premier Final Fantasy sur GBA, cette espèce d’araignée mécanique qui fait des dégâts colossaux.

J’ai omis ce détail mais la conception du personnage ne s’arrête pas à la création de son apparence. Il faudra aussi éditer ses mouvements de marche et d’attaque. Il y a en tout et pour tout six stades pour un protagoniste : Stand (lorsque le héros ne bouge pas), Walk 1 et Walk 2 pour les déplacements, Hurray pour la récolte d’items importants (à la manière d’un Zelda, lorsque le héros récupère une nouvelle arme par exemple, il lève les bras au ciel en tendant l’arme à bout de bras) et Attack 1&2 pour les attaques…logique. Mais pas de panique, on ne vous demandera pas de recréer à chaque fois la base du personnage, il faudra juste penser par exemple à replacer un bras ou un pied pour donner l’illusion de la marche ou de l’attaque. Le joueur doit mériter son propre avatar en somme, et la création entière de ce dernier prendra beaucoup de temps. Un mode « Try » est également disponible dans l’éditeur afin d'essayer votre récente création, et d'ainsi vérifier que les mouvements correspondent à ce que vous attendiez lors de la phase de conception. Peu après la sortie du jeu, Silicon Studios a ouvert un site entièrement dédié à l’éditeur de héros. On peut y voir des créations d’autres joueurs et même les adopter pour sa propre aventure! Il suffit d’aller sur le site et de télécharger le fichier de sauvegarde du personnage que vous souhaitez, puis de le transférer grâce à une clé USB dans « données de jeu » du système PS3. C’est une façon selon moi de montrer que la mise en place d’un système online de partage sur un jeu peut être plus intelligente qu’un simple classement sans grand intérêt qui dérive toujours vers différentes sortes de conduites douteuses et irrespectueuses et de tricheries pour parvenir à rester un anonyme, mais un anonyme en haut d’un classement…


Une petite dose de challenge pour les plus passionnés

Même si le jeu reste très abordable, il se dote de différents niveaux de difficulté. Il faudra boucler l'aventure en mode Normal (difficulté de base) pour pouvoir jouer en New Game + dans un FROM Mode conservant les améliorations d’armes, mais pas les armes elles-même qui se re-débloqueront en accomplissant une nouvelle fois les quêtes et mini-jeux du soft. En FROM Mode, eh bien c’est une autre paire de manches si je puis dire! Le joueur avide de challenge fera face à des hordes d’ennemis vraiment nombreux et brutaux. Ainsi, au lieu de cinq ou six adversaires à l’écran, vous pourrez en voir une dizaine, avec parmi eux certains monstres rares que logiquement on ne rencontre qu’en petite quantité à la fin de l’aventure. Comment ne pas évoquer le terrible dragon bleu, ennemi le plus fort et le plus résistant du bestiaire qui vous tuera en deux coups uniquement s’il est de bonne humeur? La survie à un stade peu avancé dans l’histoire est vraiment difficile. Lorsque l’on débloquera certains items elle sera plus aisée mais ça ne sera pas non plus une promenade de santé.

Enfin, si vous parvenez à retrouver un spéléologue sur toute la map du jeu pendant le FROM Mode, vous aurez accès au Spelunker Mode. Ce dernier est aussi disponible si vous choisissez Spelunker comme nom de personnage. Ce mot est un hommage à un jeu éponyme de MicroGraphicImage sorti en 1983 pour l’Atari 400 et 800, Arcade ou encore Commodore 64 entres autres. Vous avez peut-être joué à ce jeu sur NES notamment, console au plus grand public et très populaire, ou alors dernièrement sur PS3 avec son remake HD. Dans ce Spelunker Mode, donc, vous n'aurez droit à aucune fausse note. Le moindre coup reçu sera synonyme de mort du personnage. Fort heureusement, pour équilibrer la balance, les ennemis seront moins coriaces et les boss moins résistants (mais ne pensez pas les tuer en trois ou quatre coups non plus!). Ce mode vient tout droit de la croyance des joueurs qui estiment que le héros du jeu de 1983 est le plus faible de toute l’histoire du jeu vidéo puisque ce dernier meurt instantanément en cas de lourde chute (un saut de trois ou quatre cases suffit), ou s’il est touché par un ennemi ou un projectile. Le jeu de Silicon Studios reste tout de même faisable en comparaison du titre dont il tire ce nom qui, lui, demandera au joueur beaucoup de sang froid et lui coûtera pas mal de cheveux. Finir ce Spelunker Mode en ayant préalablement terminé l'aventure par deux fois aide grandement, s'y attaquer directement est une tout autre histoire. Ceux qui s’y risqueront pourraient très vite le regretter.

Avec ce 3D Dot Game Heroes sorti de nulle part, Silicon Studios a tenté de marquer le coup et de déposer au sein des étals bondés de jeux photo-réalistes full HD qui explosent la rétine, un titre unique et qui sort du lot. C’est un pari réussi et malheureusement la taille de cette entreprise n’a pas permis une distribution immense de cette perle. Remercions quand même Southpeak Games qui a financé sa diffusion en Europe. Trouver ce jeu deux ans après sa sortie peut s’avérer assez difficile mais cela vaut au moins le coup de tenter, croyez-moi. Après diverses références totalement assumées et divers hommages rendus dans un seul et même jeu, il était plus que normal que nous rendions à notre tour hommage à ce soft intelligent qui réconcilie le joueur avec son plaisir de jeu, un jeu venu tout droit de ce petit studio indépendant basé au Japon. Merci Silicon Studios!



Article publié le 17/03/2013

photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  photo d'illustration pour le dossier:3D Dot Game Heroes  

Les commentaires pour cet article avant le 23 février 2014



Posté par Chevels le 24/05/2013

Merci pour cet article très intéressant qui porte sur un jeu qui semble tout aussi bon ! Malheureusement (pour moi) il n'existe pas sur PC et je n'ai pas de PS3... sinon je l'aurais acheté à coup sûr !

************************************************************


Posté par SLAINE le 20/04/2013

Super article sur un jeu que je ne connaissais pas du tout. Tu m'as carrément donné envie de l'acheter, chose que je ferais certainement prochainement ...
Merci ;)

************************************************************